Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Justice

Retour

09 octobre 2019

Dominic Chamberland - dchamberland@lexismedia.ca

La poursuite de Duguay/Taillefer entendue dans un an

Ils réclament 40 millions $ de la Ville de Val-d’Or et de l’État

Hugues Duguay Billy Taillefer

©Photo - Archives

Hugues Duguay et Billy Taillefer.

C’est à l’automne 2020, soit 30 ans après les faits et 10 ans après le début des démarches, que la poursuite de 40 millions $ intentée par Billy Taillefer et Hugues Duguay contre la Ville de Val-d’Or, la Sûreté du Québec et le Procureur général du Québec doit finalement être entendue en Cour civile, au palais de justice de Val-d’Or.

À moins qu’un règlement hors cour entre les deux parties ne soit conclu d’ici là, ce procès se déroulera du 14 septembre au 7 octobre 2020, soit pour une durée prévue de trois semaines et demie.

Billy Taillefer poursuit ces instances pour 25 millions $, Hugues Duguay pour 15 millions $. La Ville de Val-d’Or est en cause dans cette poursuite puisque l’enquête de son ancienne Sûreté municipale a mené à leur arrestation et à leur condamnation pour le meurtre de Sandra Gaudet, survenu en mars 1990.

Aujourd’hui âgés dans le début de la cinquantaine, les deux hommes de Senneterre réclament réparation pour les dommages et préjudices qu’ils affirment avoir subis dans cette affaire, eux qui ont toujours clamé leur innocence et qui soutiennent avoir passé toutes ces années en prison pour rien à cause d’une erreur judiciaire (12 ans dans le cas de Duguay, 15 ans dans celui de Taillefer).

Billy Taillefer: «Quel soulagement!»

Représentés par Me Alain Arsenault et par Me Jacques Beauchemin dans cette poursuite, Billy Taillefer et Hugues Duguay avaient été condamnés à l’emprisonnement à vie en 1991, au terme d’un procès de trois mois, avant d’être libérés plusieurs années plus tard dans la foulée de la Commission Poitras sur les méthodes d’enquête policière au Québec.

Duguay a été libéré en 2003 sur une décision de la Cour suprême du Canada, tandis que Taillefer a été libéré une fois pour toutes en 2006 quand cette même Cour suprême a déterminé que sa déclaration signée lors de son arrestation et de son interrogatoire par la Sûreté du Québec en 1990 était inadmissible en preuve, en raison de son caractère forcé.

«Enfin un (juge) qui comprend. Quel grand soulagement!», s’exclame Billy Taillefer dans ‘’Meurtriers sur mesure’’, ce documentaire produit par Pixcom que l’on peut maintenant voir sur Club Illico.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média