Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Politique

Retour

17 octobre 2019

Lucie Charest - lcharest@lexismedia.ca

Les maires du Témiscamingue sont invités à penser au «Nous»

Conseil de la MRC en bref

Conseil MRCT

©Lucie Charest

Fin octobre, début novembre, les élus se réuniront à trois reprises à huis clos pour préparer le budget, qui sera déposé à la séance du 27 novembre.

À plusieurs reprises, lors du Conseil de la MRC de Témiscamingue tenu le 16 octobre, les maires ont été invités, ou ont fait preuve de capacité à travailler pour le bien commun. La piscine, leurs relations avec les communautés autochtones, autant de sujets qui leur en ont fourni l’occasion.

Au début de la rencontre, la préfète, Claire Bolduc, a remis des plaques honorifiques, décernées par la Fédération québécoise des municipalités, aux maires Daniel Barrette et Luc Lalonde pour leurs 20 ans et 22 ans respectifs d’implication municipale.

«C’est très important de souligner votre travail, a-t-elle noté. J’ai le plus profond respect pour les élus. Vous avez tous des emplois, votre implication est pratiquement bénévole, très exigeante. Vous vous investissez dans vos milieux plutôt que dans vos loisirs. Votre apport à votre communauté n’est pas toujours reconnu.»

Travailler ensemble pour la piscine

Lors de la période de questions, une citoyenne, France Lessard, a invité les maires à penser au «Nous» afin qu’une nouvelle piscine puisse être réalisée sur le territoire pour le bien de tous. «Nous aimerions savoir comment le Conseil affirmera publiquement que les élus sont prêts à cheminer ensemble, dans le ʺNousʺ et non pas chacun pour soi», a-t-elle soulevé.

«Le mot n’est pas prononcé, mais le geste est fait, a soutenu Claire Bolduc. Nous aurons une séance de travail la semaine prochaine spécifiquement pour le projet de piscine. Les élus qui sont ici travaillent d’abord pour leurs commettants. Ici, à cette table, ils travaillent en collégialité pour la MRC.»

Jusqu’à maintenant, seulement la moitié des conseils municipaux du territoire ont adopté une résolution favorable ou défavorable à l’implantation d’une piscine dans le secteur centre. Un groupe d’élus analysera plus en profondeur les trois rapports déposés cette semaine et rendus publics sur la page web de la ville de Ville-Marie. Il s’agit du rapport de la firme ESCABEAU, qui a mené une consultation et proposé différents scénarios, du rapport sur l’état de désuétude de la piscine fermée depuis juin jusqu’à un dernier rapport sur les coûts et les possibilités de la maintenir fonctionnelle en attendant la construction d’une autre infrastructure.

«J’ai le plus profond respect pour les élus. Vous avez tous des emplois, votre implication est pratiquement bénévole, très exigeante» - Claire Bolduc

Réactions au rapport de la Commission Viens

Plusieurs élus du Témiscamingue s’étaient rendus à Val-d’Or pour assister au dépôt du rapport sur les relations entre les autochtones et certains services publics. Pour y faire suite, la préfète Bolduc a proposé de relancer le Comité des affaires autochtones afin d’en prendre connaissance, de l’analyser et de retenir quelles recommandations pourraient s’appliquer au Témiscamingue.

«Nous avons quatre communautés ici, a-t-elle mentionné. Nous pourrions mettre sur pied une structure de concertation qui ne serait liée ni aux Conseils de bande, ni au Conseil de MRC. Il faut voir comment nous pourrions collaborer ensemble, pour le développement des activités sur le territoire.»

Elle a par la suite invité le maire Norm Young à donner son avis sur le sujet. «Je suis ici en tant que maire de Kipawa, mais je suis aussi un Algonquin, a-t-il rappelé. Ça fait huit ans que nous en parlons et nous n’avons jamais rien fait. Je partage l’avis du chef des Nations, Ghislain Picard: l’heure n’est pas aux excuses, elle est aux actions. Que vas-tu faire pour moi; tu as pris ma culture, mon identité. Ce que j’entends ici, c’est qu’on veut faire quelque chose. Nous avons effectivement un rôle à jouer comme leaders locaux. Je suis fier de dire ceci ce soir.»

Ces échanges ont soulevé un bel enthousiasme chez plusieurs autres élus, dont Nico Gervais, maire de Notre-Dame-du-Nord, municipalité jouxtant la réserve de la Timiskaming First Nation. «Les partenariats et la communication qui unissent les deux communautés que nous avons visitées au Lac-Saint-Jean, pendant notre mission à la centrale hydro-électrique de Val-Jalbert, sont un bel exemple de ce que nous pouvons faire ensemble. Je suis convaincu que nous pouvons aussi faire de belles choses.», a-t-il fait observer.

Autres sujets

Parmi les autres sujets traités, lors de ce conseil, il a été question de s’assurer que les régions demeurent bien représentées et qu’elles conservent un accès à leur député provincial dans l’éventualité de la réforme du mode de scrutin.

Une campagne de promotion pour sensibiliser au recyclage sera également mise en œuvre à l’échelle provinciale.

Enfin, 14 représentants de la ruralité en France visiteront le territoire la semaine prochaine. Ceux-ci, membres de l’organisme Sol et civilisation, visiteront différentes organisations, entreprises et communautés tout en échangeant sur la ruralité et les services de proximité. Ils visiteront, entre autres, la Coopérative de Rémigny, Témisko à Notre-Dame-du-Nord, le Parc national d’Opémican et la communauté de Kebaowek. Une délégation témiscamienne se rendra en Europe en 2020 pour poursuivre les échanges en faisant le même exercice.

Commentaires

18 octobre 2019

Émilienne Laforge

Bonjour, je me demande qui représentera la coopérative de Rémigny, elle ne me semble pas très vivante et communicative

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média