Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Élections fédérales 2019

Retour

22 octobre 2019

Thierry de Noncourt - tdenoncourt@lexismedia.ca

«On n’est plus dans les années les années 1950!»

De passage à Rouyn-Noranda, le péquiste Sylvain Gaudreault fustige le ministre de l’Environnement

Sylvain Gaudreault Parti Québec Abitibi-Témiscamingue ARET Gazoduq

©Photo Le Citoyen – Thierry de Noncourt

Lors de son passage dans la région, Sylvain Gaudreault a fustigé le ministre de l’Environnement par rapport au problème des émissions polluantes de la Fonderie Horne.

Le porte-parole du Parti québécois en matière d’Environnement et de Lutte contre les changements climatiques, Sylvain Gaudreault, est venu à la rencontre des membres du Comité arrêt des rejets et émissions toxiques de Rouyn‐Noranda (ARET) et des opposants au projet Gazoduq. 

Lors de son passage à Rouyn-Noranda, le 19 octobre, M. Gaudreault a déploré que le ministre de l’Environnement n’ait pas identifié de cible précise pour la réduction à court terme des émissions d’arsenic en provenance de la Fonderie Horne, se contenant de sommer cette dernière de lui soumettre un plan de réduction applicable rapidement. 

S’il était dans la chaise du ministre Benoit Charette, M. Gaudreault a soutenu qu’il agirait différemment. «Je m’assoirais avec la compagnie pour savoir comment on pourrait modifier la procédure pour diminuer les émissions. Ça n’a pas de bon sens! On n’est plus dans les années 1950! Je demanderais aussi d’avoir des comparables avec des usines semblables à travers le monde.» 

Gazoduq 

Publicité

Défiler pour continuer

Sylvain Gaudreault, qui est député de Jonquière, s’oppose aussi fermement au projet de conduite de gaz naturel de Gazoduq, qui traverserait l’Abitibi dans sa largeur jusque dans sa circonscription, où un port méthanier et une usine de liquéfaction seraient construits. «Il y a des solidarités à créer entre les deux régions», a-t-il indiqué, en parlant des militants de la région qui s’opposent au projet. 

Selon lui, le projet de Gazoduq n’est pas en phase avec l’époque actuelle, où l’on devrait plutôt favoriser des projets qui tendent à une réduction de la consommation et de la production d’énergies fossiles. «On n’a aucune garantie que la production va servir à la réduction à la transition [énergétique] ou à la diminution de la consommation de charbon ou d’énergies polluantes sur les marchés étrangers», a-t-il déploré. 

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média