Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Économique

Retour

23 octobre 2019

Martin Guindon - mguindon@lexismedia.ca

L’aventure de Belgh Brasse terminée à Amos

La production est officiellement transférée à Laval

Belgh Brasse

©Martin Guindon - Le Citoyen Rouyn - La Sarre

Dans son communiqué, Belgh Brasse indique que l’usine aura désormais une autre vocation commerciale qui reste à préciser.

Belgh Brasse a annoncé le 23 octobre qu’elle ne reconstruira pas son usine de production et d’embouteillage à Amos.

«Après mûre réflexion à la suite de l’incendie du printemps 2017, qui a gravement abîmé l’usine, Belgh Brasse a pris la décision de mettre fin à ses activités à Amos et de relocaliser sa production de bière à Laval», confirme le maître-brasseur Jean-Louis Marcoux, dans un communiqué.

Belgh Brasse a décliné notre invitation à préciser les motifs de sa décision, et préfère se référer uniquement au communiqué qu’elle a envoyé aux médias mercredi matin.

Dans celui-ci, l’entreprise remercie ses employés (ils étaient une quinzaine au moment de l’incendie) et rappelle qu’ils sont demeurés salariés pendant un an après le sinistre afin de leur permettre de se trouver un autre emploi.

D’autres microbrasseurs avaient permis à Belgh Brasse de continuer à brasser sa gamme de produits et d’assurer la pérennité de ses activités en attendant de régler son dossier avec les assureurs. Devant l’impasse, l’entreprise a fini par investir dans des installations de brassage à Laval, où est établi le Groupe Geloso.

Depuis plus de 20 ans

Cette décision marque la fin d’une aventure de plus de 20 ans amorcée en 1998 par Jean-Louis Marcoux, un Belge venu s’installer à Amos pour la qualité de son eau. Après avoir traversé moult tempêtes, la seconde relance des opérations de Belgh Brasse s’est avérée la bonne avec le lancement de la gamme des bières Mons d’Abbaye en 2011. Celles-ci ont remporté depuis plus de 70 médailles d’excellence au niveau national et international.

Il y a cinq ans, l’entreprise amorçait d’importants travaux d’agrandissement et de modernisation afin d’accroître sa productivité. Plus de 11 M $ qui ont alors été investis dans son usine d’Amos. Belgh Brasse avait profité de son inauguration officielle en 2016 pour lancer une nouvelle gamme de produits, La Bittt à Tibi, en présence de Raôul Duguay.

Toutefois, un incendie suspect en avril 2017, qui n’a toujours pas été résolu, est venu assombrir l’avenir de l’entreprise à Amos, causant des dommages de plusieurs millions de dollars. L’usine s’est avérée une perte totale. Si le souhait de Jean-Louis Marcoux était à l’époque de reconstruire l’usine, les longs délais du règlement avec les assureurs auront vraisemblablement eu raison du projet.

 

Plus de références directes à l’Abitibi

Belgh Brasse a graduellement retiré les mentions à l’Abitibi et à l’eau de grande qualité puisée dans l’esker Saint-Mathieu-Berry sur ses produits et son site internet. Les seules références qui persistent sont dans les noms des gammes L’AMOSzus et La Bittt à Tibi, inspirée de la musique et de la poésie de Raôul Duguay. Évidemment, on y rappelle également que Belgh Brasse est née à Amos en 1999, année du lancement de la 8.

 

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média