Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Environnement

Retour

01 novembre 2019

Thierry de Noncourt - tdenoncourt@lexismedia.ca

Le directeur général de la Fonderie se dit sensible aux inquiétudes

Fonderie Horne Rouyn-Noranda

©Photo Le Citoyen – Thierry de Noncourt

La direction générale de la Fonderie Horne soutient qu’elle travaille d’arrache-pied pour réduire ses émissions d’arsenic.

Yves Brouilllette, directeur général de la Fonderie Horne, affirme tout mettre en œuvre pour réduire les émissions d’arsenic.

Il reconnait que l’atteinte de la norme québécoise de 3ng/m3 dans l'air ne pourra être réalisée dans un avenir rapproché. La Fonderie Horne bénéficie d’une attestation lui permettant de dépasser la norme à la hauteur de 100 ng/m3. L’entreprise s’y conforme présentement. Il y a 80 autres attestations du genre au Québec, où des industries ou des entreprises sont autorisées à dépasser certaines normes environnementales.

Objectif réduction

Le ministre de l’Environnement a demandé un plan pour la réduction des émissions, d’ici le 15 décembre. «On ne peut pas avoir toutes les solutions tout de suite, mais on travaille dans cette direction. On met beaucoup d’effort là-dessus. On a une équipe dédiée qui travaille pratiquement uniquement sur la réduction de nos émissions», a dit M. Brouillette.

Il se dit sensible aux préoccupations des citoyens et des membres du Comité arrêt des émissions toxiques (ARET). «On est conscient, on comprend que les gens sont inquiets. On travaille toujours à la réduction de nos émissions, même si ce n’est pas toujours apparent.»

Il salue la mise en place d’un comité interministériel et le travail de la mairesse Diane Dallaire dans ce dossier.

«Ça va amener une certaine structure, ça va faciliter les choses. Ce sera mieux coordonné», a-t-il conclu.

Commentaires

2 novembre 2019

Jonathan racette

Faite attention avec les demandes contre les mines ...les fonderies...je comprend les citoyens mais dans la problématique de la fermeture de vos belle usine qui font travailler pratiquement toute la ville que ferez vous a leur fermeture ???? Ahhhhhh ben je vous entant deja dire on vas s adaptée comme les autres l ont fait !!! Demander donc au maire de shawinigan...une ville a 30 minutes des plus beau attrait comme l autoroute ou le port de Trois-Rivières. Vous ....vous penser que les entreprises vont y aller s installer et faire 7 hrs de route avant de voir une autoroute ?? Réfléchissez bien .....une démographie industrielle qui s eteint ne reviens jamais .....

5 novembre 2019

Marie-Claire Piché

Je suis personnellement née à Rouyn et, étant jeune, j'ai respiré le soufre de la mine Noranda à en avoir mal aux poumons, comme les gens qui m'entouraient. C'était la loi du silence quand les pères de mes amis mouraient à 49 ans, de la silicose appelés "stuff" de mine... Plus ça change, plus c'est pareil . quelques paroles de notre artiste abitibien Desjardins: Entendez-vous la rumeur, La loi de la compagnie? «Il faudra que tu meures Si tu veux viv’ mon ami».

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média