Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Société

Retour

05 novembre 2019

Lucie Charest - lcharest@lexismedia.ca

Ce Carnaval qui a refusé de mourir

L’événement hivernal créé à Lorrainville fête ses 55 ans

Simon Gélinas

©Lucie Charest - Le Citoyen Rouyn - La Sarre

Simon Gélinas et ses collègues du conseil municipal ont repris les rênes du carnaval il y a 11 ans. Tant eux-mêmes que la communauté ne l’auront jamais regretté.

D’après le président actuel du Carnaval de Lorrainville, il s’agirait du plus vieil événement de toute la grande région de l’Abitibi-Témiscamingue. Créé en 1964, une dernière résurrection, il y a une dizaine d’années, l’a conduit vers ses proportions actuelles.

«Ce n’est pas compliqué, quand le jeune conseil municipal que nous étions l’a repris en mains, il y a 11 ans, nous avions démarré avec 1000 $ dans le compte. On a réussi à boucler l’édition avec un budget de 15 000 $. Aujourd’hui, nous préparons la 55e édition avec un budget de 96 000 $», a relaté Simon Gélinas, qui en est le président depuis cette relance salutaire.

Comme tous les événements du genre, le Carnaval de Lorrainville avait connu des creux de vagues et des essoufflements chez les bénévoles. «Il y a 11 ans, soit on le reprenait, soit il disparaissait», a mentionné M. Gélinas.

Ce dernier, comme plusieurs de ses collègues du conseil municipal, ne fréquentait pas cet événement, qui était pratiquement en fin de vie. Le groupe d’élus a tout de même relevé le défi en lui insufflant un souffle nouveau et en lui attribuant une vocation davantage familiale et, forcément, intergénérationnelle.

Un peu d’histoire

 

Curieusement, c’est lorsque le Carnaval de Laverlochère a rendu les armes que celui de Lorrainville a vu le jour. Jacques Chabot en est devenu le premier président en juin 1964. La première édition s’est tenue les 5, 6 et 7 février 1965. Huguette Clément a été la première reine du Carnaval.

 

Quelque part, dans les années 1970, Cyril Boutin, alors propriétaire de l’actuel IGA de Lorrainville, en a également été le président. Fait inusité, aujourd’hui, son petit-fils, Anthony, qui a pris la relève au IGA, fait partie des premiers ambassadeurs du Carnaval.

Huguette Clément

©Gracieuseté

La première reine du Carnaval de Lorrainville, Huguette Clément. C’était en 1965.

«Les duchesses ont toujours été un élément important dans le Carnaval, alors que leur présence a coïncidé avec les années de succès de l’événement, a fait remarquer Simon Gélinas. C’est d’ailleurs lorsque nous avons ramené les duchesses pour le cinquantième que l’événement a vraiment redémarré. Cette année, nous innovons en ayant recruté deux hommes qui se sont joints aux duchesses. Au lieu de les appeler les ducs, nous avons opté pour l’appellation ambassadeurs du carnaval.»

«Les duchesses ont toujours été un élément important dans le Carnaval, alors que leur présence a coïncidé avec les années de succès de l’événement» - Simon Gélinas

Un exemple de concertation du milieu

Selon M. Gélinas, la clé du succès actuel du Carnaval de Lorrainville repose sur la concertation de l’ensemble du milieu et les partenariats.

«À une certaine époque, plusieurs événements se tenaient aux mêmes dates, donc ça divisait la fréquentation pour chacun, a-t-il fait observer. Finalement, après des échanges positifs, nous en sommes venus à conclure qu’il ne fallait pas se marcher sur les pieds. Le plus près de nous, maintenant, c’est le Festival du poisson d’Angliers et nous nous entendons pour qu’il y ait toujours au moins deux semaines entre les deux événements. Aussi, nous avons développé des partenariats comme celui avec le Théâtre du Rift pour certains spectacles.»

Raoul Gagné

©Gracieuseté

Déjà en 1967, les monuments de glace étaient au cœur de la fête. Nous reconnaissons ici Raoul Gagné.

 

Sentiment d’appartenance

 

Dans le même ordre d’idée, les ambassadeurs et, précédemment les duchesses, contribuent à la promotion de l’événement pendant pratiquement six mois. Ceux-ci représentent des entreprises et font la promotion de l’événement. Ils sont aussi associés à des causes, ce qui développe le sentiment d’appartenance à l’événement.

 

«Pour une première fois cette année, nous avons un ambassadeur de Témiscaming, a noté Simon Gélinas. Il a constaté que des gens du centre du territoire passaient au Home Hardware où il travaille et parlaient du carnaval.»

Une programmation attrayante

Actuellement, le comité organisateur concocte un petit quelque chose de particulier pour souligner les 55 ans de l’événement. D’ici là, la programmation récemment lancée illustre à quel point il y en aura encore une fois pour tous les goûts. Des formations musicales telles Salebardes, Famous Live Band et Matt Lang feront notamment bien des heureux.

«Cette année, on a déjà des gens de l’Abitibi et du Nord-Est ontarien qui ont manifesté de l’intérêt pour nos spectacles, s’est réjoui M. Gélinas. Notre premier indice de succès pendant le carnaval, c’est quand on voit qu’il y a des autos stationnées partout dans le village. Quand on réussit à attirer 800 personnes à un spectacle, c’est aussi un signe de succès.»

Pour en savoir plus sur la programmation, rendez-vous sur la page Facebook du Carnaval de Lorrainville ou sur le site web www.carnavaldelorrainville.ca.

©Lucie Charest

Dépasser les 50 ans pour un événement en Abitibi-Témiscamingue tiendrait davantage de l’implication et de l’engagement de bénévoles que du miracle.

©Gracieuseté

En 1976, c’était au tour de Sylvie Jolette d’être couronnée reine.

©Lucie Charest - Le Citoyen Rouyn - La Sarre

Simon Gélinas et ses collègues du conseil municipal ont repris les rênes du carnaval il y a 11 ans. Tant eux-mêmes que la communauté ne l’auront jamais regretté.

©Gracieuseté

La première reine du Carnaval de Lorrainville, Huguette Clément. C’était en 1965.

©Gracieuseté

Déjà en 1967, les monuments de glace étaient au cœur de la fête. Nous reconnaissons ici Raoul Gagné.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média