Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

07 novembre 2019

Dominic Chamberland - dchamberland@lexismedia.ca

Le premier ministre Legault interpellé sur la desserte ambulancière

Pierre Dufour François Legault

©Photo L'Éclat/Le Citoyen - Dominic Chamberland

François Legault lors de son passage à Val-d'Or en campagne électorale, en septembre 2018.

Le premier ministre Legault n’était pas encore débarqué en Abitibi pour quelques rencontres et annonces que les paramédics de la région l’interpellaient sur la desserte ambulancière chez nous.

Par voie de communiqué, le Syndicat des paramédics de l’Abitibi-Témiscamingue – Nord-du-Québec – CSN se dit extrêmement déçu que la région ne figure pas sur la liste des régions ciblées par les investissements de 10,6 millions $ annoncés récemment par le gouvernement caquiste pour améliorer la couverture ambulancière dans la province.

Le syndicat entend donc profiter de la visite du premier ministre du Québec à Val-d’Or aujourd’hui et demain (vendredi) pour lui rappeler que les horaires de faction doivent être transformés en horaires à l’heure dans plusieurs secteurs, notamment Amos, Malartic et Ville-Marie.

«Depuis plusieurs années, de nombreux secteurs de notre région rencontrent les critères justifiant cette transformation des horaires, affirme Félix-Antoine Lafleur, président régional de la CSN. Nous sommes donc particulièrement perplexes devant le fait qu’aucun investissement ne soit prévu pour notre région. La population de l’Abitibi-Témiscamingue a droit à la même qualité de couverture ambulancière qu’ailleurs au Québec», fait-il valoir.

Une nécessité, selon le syndicat

Le Syndicat des paramédics invite la ministre de la Santé, Danielle McCann, à prendre connaissance des données des dernières années sur la desserte ambulancière, tout en insistant sur la nécessité d’investir dans le rehaussement des services préhospitaliers en Abitibi-Témiscamingue.

«Les députés de la région doivent accomplir la mission première de leur titre, soit de faire valoir les intérêts des citoyens, soutient M. Lafleur. Il est temps qu’ils se tiennent debout pour le bien-être de la population de l’Abitibi-Témiscamingue, notamment en défendant l’importance de ces transformations auprès de leur collègue ministre de la Santé et des Services sociaux, puisqu’elles ont un impact direct sur la population», mentionne-t-il.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média