Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Justice

Retour

13 novembre 2019

Dominic Chamberland - dchamberland@lexismedia.ca

21 mois de prison pour une série de délits

Maxime Morissette s’avoue coupable de voies de fait, d’introduction par effraction et de bris de conditions

Justice

©Photo - Archives

Maxime Morissette, l’un des individus impliqués dans la tentative de vol qualifié qui a mal tourné sur la rue Allard à Val-d’Or en août 2018, a réglé l’ensemble de ses dossiers mercredi matin en plaidant coupable à de nombreux chefs d’accusation.

Détenu depuis mai 2019, le jeune homme de 23 ans s’est ainsi vu imposer une peine de 21 mois d’emprisonnement par le juge Jean-Pierre Gervais, de la Cour du Québec, à la suite d’une suggestion commune soumise au tribunal dans le cadre d’une entente négociée entre l’avocat de la défense, Me Samuel Bérubé, et la procureure de la Couronne, Me Léonie Caron. Compte tenu de la détention préventive, il reste à l’accusé un peu moins d’un an de prison à purger (343 jours en date du 13 novembre).

Morissette a notamment été condamné à près de six mois de prison en lien avec son implication dans la violente bagarre survenue pour une affaire de drogue dans une maison d’habitation de la rue Allard, au cours de la nuit du 19 au 20 août 2018, après s’être reconnu coupable d’introduction par effraction, de voies de fait et de complot pour commettre un vol qualifié avec Dylan Thériault Mapachee (condamné à un an et demi de prison dans cette affaire en mars dernier).

Selon ce qui a été expliqué au tribunal, Morissette a défoncé la porte avec son comparse mais n’a pas participé directement aux voies de fait sur un homme frappé à coups de marteau par Thériault Mapachee, sauf que le fait qu’il l’accompagnait pour aller vider la réserve d’un «illégal» (relativement à un conflit de territoire pour la vente de drogue) le lie à ces voies de fait. «Monsieur (Morissette) s’est fait embarquer dans un mauvais pas. Il ne connaissait pas le mobile (de l’intervention)», a signalé Me Bérubé en rappelant que son client était parti quand un deuxième événement violent a éclaté à cet endroit un peu plus tard.

Autres infractions

Maxime Morissette a de plus écopé d’une quinzaine de mois de prison au total pour d’autres infractions commises au cours de l’automne 2018 à Val-d’Or et en mai 2019 à Malartic après avoir été remis en liberté sous conditions, soit de voies de fait contre une copine et deux hommes, de possession d’une arme dans un dessein dangereux, de voie de fait armée, de menaces, de méfaits et de diverses omissions de se conformer à des ordonnances de la cour.

Sa sentence totale de 21 mois est assortie d’une probation de deux ans durant laquelle il lui sera notamment interdit d’entrer en contact avec neuf personnes impliquées dans ses dossiers (victimes, témoins ou comparses). «Monsieur (Morissette) a vécu une descente aux enfers due à une situation financière précaire et il s’est retrouvé avec des gens qui avaient une mauvaise influence sur lui, a souligné son avocat.

«Il s’est stabilisé en détention, où il a suivi un programme sur le contrôle de l’impulsivité, il a l’esprit plus clair, il va à l’école, il a des projets et il va se trouver un emploi à sa sortie de prison, a poursuivi Me Bérubé. Cette peine de 21 mois est suffisamment dissuasive pour lui permettre de repartir du bon pied et être un citoyen respectueux des lois.»

Le juge Gervais, pour sa part, aurait souhaité que la suggestion commune comporte une probation surveillée de façon plus serrée, pour une question d’encadrement. «Cette suggestion reflète néanmoins la gravité des actes commis, a mentionné le magistrat. Si vous revenez en cour pour des actes similaires, de nouvelles accusations pourraient être déposées contre vous et cette fois, vous risqueriez de la détention dans un pénitencier fédéral (soit une peine d’au moins deux ans)», a ajouté le juge Gervais en s’adressant à l’accusé.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média