Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Faits Divers

Retour

18 novembre 2019

Marc-André Gemme - magemme@lexismedia.ca

L’incendie de Victor-Cormier pourrait être de nature criminelle

Les pompiers de La Sarre ont remis le dossier à la Sûreté du Québec pour enquête

incendie Victor Cormier La Sarre

©Photo Le Citoyen - Marc-André Gemme

Les dégâts au pavillon Victor-Cormier sont assez sévères. L’école sera fermée jusqu’à nouvel ordre.

Bien que toutes les possibilités soient encore sur la table, la Sûreté du Québec, qui a pris en charge l’enquête sur l’incendie qui a eu lieu dans la soirée du 15 novembre à l’école Victor-Cormier de La Sarre, ne ferme pas la piste à un incendie de nature criminelle.

Les pompiers de La Sarre ont reçu un appel du Centre d’appels d’urgence de l’Abitibi-Témiscamingue un peu après 19h le vendredi 15 novembre. «L’incendie a débuté dans le service de garde, a expliqué le chef des pompiers de La Sarre, Luc Goudreau. On n’a pas de détails sur la cause de l’incendie. Puisque c’était trop nébuleux pour nous, on a fait appel à la Sûreté du Québec pour une enquête plus approfondie.» 

Le soir de l’incendie, un intervenant sur place avait mentionné que l’incendie aurait pris place dans une cuisine. Le service de garde est bien doté d’une cuisinière, mais le chef des pompiers a assuré que celle-ci n’est pas la source de l’incendie. 

De son côté, la SQ confirme qu’elle a été saisie du dossier et que l’enquête est présentement en cours. «Plusieurs choses ont été faites de notre côté depuis vendredi soir, a affirmé le sergent Hughes Beaulieu, porte-parole du corps policier. Un technicien en scène d’incendie s’est déplacé à La Sarre pour évaluer la scène. D’autres enquêtes ont également été menées. Le tout est toujours en cours, donc on ne peut pas donner de détails sur l’enquête elle-même.» 

Le sergent Beaulieu n’écarte pas la possibilité d’un acte criminel, mais a refusé de s’avancer plus loin tant que l’enquête sera en cours. 

Dommages limités, mais sévères 

«Au rez-de-chaussée, les dommages ont surtout été limités au local du service de garde ainsi que dans le corridor central, a expliqué Luc Goudreau. Au premier étage, l’incendie a surtout entraîné des dommages dans le local qui se trouve au-dessus du service de garde.»  

Le chef des pompiers a souligné que la structure de l’édifice a été touchée au centre de l’école. Impossible de dire dans l’immédiat si l’immeuble sera déclaré perte totale ou si les dommages sont réparables. La Commission scolaire du Lac-Abitibi (CSLA) fera affaire avec des ingénieurs pour évaluer les possibilités. 

École fermée 

La CSLA a rapidement publié un communiqué pour aviser les parents des élèves du pavillon Victor-Cormier qu’il n’y aura pas d’école pendant la semaine du 18 au 22 novembre. Cet avis s’étend également aux élèves du pavillon L’Assomption. Les élèves de Victor-Cormier seront relocalisés au pavillon L’Assomption pour le restant de l’année scolaire en cours. 

La direction de la CSLA va tenir les parents concernés au courant de tous les détails. Des consultations publiques avec les parents sont prévues en soirée les 18 et 19 novembre. 

Support de la communauté 

Dès le lendemain de l’incendie, la communauté d’Abitibi-Ouest s’est mobilisée pour venir en aide aux familles des jeunes qui ont perdu des effets scolaires dans la tragédie. Veronique et Stéphanie Dion, de l’entreprise Buro Concept de La Sarre, ont mis en place une page Facebook [Soutenons Victor-Cormier] afin de recueillir des dons de la communauté. L’entreprise compte aider les familles à rééquiper leurs enfants avec des fournitures scolaires. 

Soutien de la députée 

La députée d’Abitibi-Ouest, Suzanne Blais, a rapidement publié un communiqué pour assurer aux familles affectées qu’elles auront son soutien pendant cette période difficile. «Je tiens à rassurer les parents et la communauté: nous prenons la situation très au sérieux. J’ai discuté de la situation avec mon collègue Jean-François Roberge [ministre de l’Éducation], qui m’a assuré son entière collaboration. Nous prendrons les mesures nécessaires pour soutenir la CSLA dans cette épreuve et nous assurer de minimiser le plus possible les impacts pour les élèves», a-t-elle souligné. 

 

©Photo Le Citoyen - Marc-André Gemme

©Photo Le Citoyen - Marc-André Gemme

©Photo Le Citoyen - Marc-André Gemme

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média