Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Politique

Retour

26 novembre 2019

Thierry de Noncourt - tdenoncourt@lexismedia.ca

Émilise Lessard-Therrien dresse son premier bilan

Un peu plus d’un an après son élection

Emilise Lessard-Therrien

©L'Éclat/ Le Citoyen - Marie-Eve Bouchard - Le Citoyen Rouyn - La Sarre

Il y a un peu plus d’un an, Émilise Lessard-Therrien causait la surprise en devenant la première députée de Québec solidaire dans Rouyn-Noranda-Témiscamingue et l’une des premières en dehors de Montréal.

Émilise Lessard-Therrien était conseillère municipale à Duhamel-Ouest, agricultrice et étudiante en éducation quand elle s’est lancée dans une campagne électorale qu’elle a remportée, à la surprise de plusieurs. Depuis, la députée de Québec solidaire dans Rouyn-Noranda-Témiscamingue s’est illustrée comme une solide parlementaire qui défend ses dossiers avec aplomb.

Sa première année à l’Assemblée nationale a été marquée par l’apprentissage de la vie parlementaire. «Ça ne s’apprend pas à l’école, ça s’apprend sur le tas», a-t-elle avoué. 

En première partie d’année, Mme Lessard-Therrien s’est d’ailleurs fait remarquer pour ses prises de position sur l’accaparement des terres, où en tant que porte-parole en matière d’Agriculture, elle s’est attirée les critiques en raison d’une déclaration malheureuse sur les «prédateurs chinois», ce qui a tout même eu pour effet de mettre ce phénomène en lumière. 

Arsenic 

Le printemps venu, le dossier des émissions d’arsenic à Rouyn-Noranda s’est imposé. Depuis, Émilise Lessard-Therrien talonne le gouvernement Legault à l’Assemblée nationale pour qu’il oblige la Fonderie Horne à réduire de façon draconienne ses émissions. La députée s’est efforcée de rassurer les parents, mais aussi les travailleurs dans ce dossier. Elle a obtenu, avec la mairesse de Rouyn-Noranda, la mise en place d’un comité interministériel pour suivre le dossier. 

L’été venu, elle a consacré du temps à visiter sa circonscription et à participer à différents événements. Elle a aussi défendu l’importance des médias régionaux. Elle a également pris part à différentes manifestations contre le projet Gazoduq, entre autres. 

Solides performances en chambre 

Ses performances en chambre ont été remarquées. «C’est un grand privilège de pouvoir prendre la parole et confronter des ministres [pendant la période de questions]. Ils n’ont pas le choix de nous répondre», a-t-elle fait valoir. 

La députée de Québec solidaire assure entretenir de bonnes relations avec les autres membres de l’Assemblée nationale, malgré un événement qui a, lui aussi, attiré l’attention, soit lorsqu’elle a vivement confronté Pierre Dufour, ministre régional et député libéral d’Abitibi-Est, sur les étudiants étrangers. 

«Il y a une joute parlementaire dans le Salon bleu, mais en dehors, on rencontre les différents cabinets et les ministres. Il y a une belle collaboration. On sent que les gens ont envie de régler les problèmes pour vrai», a-t-elle illustré. Mme Lessard-Therrien a aussi plaidé en faveur de l’eau potable à Angliers, un dossier qui stagne depuis au moins 1998. 

Les trois prochaines années 

Émilise Lessard-Therrien est particulièrement fière d’être «une voie forte pour Rouyn-Noranda-Témiscamingue, de rapporter les enjeux que l’on vit et d’être capable de faire progresser les différents dossiers, les nommer». 

Au cours des prochaines années, la députée souhaite contribuer à atténuer la crise de la main-d’œuvre et favoriser l’arrivée et la rétention de travailleurs dans la région. Elle ne tient rien pour acquis et souhaite continuer à travailler avec les différents organismes et intervenants pour améliorer la qualité de vie dans son milieu. 

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média