Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Politique

Retour

06 décembre 2019

Lucie Charest - lcharest@lexismedia.ca

Mûres pour une fusion, mais pas toutes au même degré

Trois municipalités du centre du Témiscamingue ont fait les premiers pas

Guy Abel

©Lucie Charest - Le Citoyen Rouyn - La Sarre

La municipalité de Duhamel-Ouest serait davantage favorable à un regroupement formant une ville de 7000 habitants, d’après Guy Abel.

Pour une énième fois au cours des dernières décennies, Ville-Marie, ville centre du Témiscamingue et enclavée par Duhamel-Ouest, est revenue à la charge avec ses idées de fusion. Au mois d’octobre, le conseil municipal de Duhamel-Ouest y est allé de sa propre proposition.

«Le monde municipal évolue, les données changent, a fait observer le maire de Duhamel-Ouest, Guy Abel. Éventuellement, nous devrons nous regrouper, mais comme ce processus est tellement long et laborieux, nous préférons l’amorcer en faisant une étude sur un regroupement avec plusieurs municipalités, dont la population totaliserait 7000 habitants. Un regroupement avec uniquement Ville-Marie ne nous apparaît pas pertinent. Il faudrait possiblement reprendre le processus quelques années plus tard avec d’autres municipalités avoisinantes.»

Cette idée de viser le regroupement des six municipalités du centre du territoire a émergé du succès et du bon fonctionnement de la Régie intermunicipale en sécurité incendie du Témiscamingue, créée voilà deux ans.

Enthousiasme mitigé

La résolution, adoptée le 9 octobre, où le conseil de Duhamel-Ouest se montre en faveur d’une analyse des possibilités de regroupement encadrée par le ministère des Affaires municipales et de l’Habitation (MAMH), a été expédiée simultanément aux municipalités de Lorrainville, Béarn, Fabre, Guigues et à la Ville de Ville-Marie.

Contrairement à Lorrainville et Ville-Marie, qui ont emboîté le pas lors de leur conseil municipal de novembre, Béarn, Fabre et Guigues, se sont contentées de prendre acte de la résolution de Duhamel-Ouest au point correspondance de leur ordre du jour.

Un enthousiasme sincère

Il faut savoir que l’enthousiasme de Lorrainville et de Ville-Marie n’est pas feint. Les deux municipalités entretiennent déjà de très bons rapports. «De plus en plus, nous évitons de nous marcher sur les pieds, a souligné Michel Roy, maire de Ville-Marie. Par exemple, nous aménagerons un parc derrière l’hôtel de ville. Pour nous, il n’est pas question de créer un terrain de soccer ou de balle: Lorrainville en a déjà et ceux-ci fonctionnent très bien. Pourquoi se couper l’herbe sous les pieds et se nuire au lieu de s’entraider?»

 

Michel Roy

©Lucie Charest - Le Citoyen Rouyn - La Sarre

La ville de Ville-Marie serait mûre pour un regroupement. Les nombreuses ententes intermunicipales en témoignent, selon Michel Roy.

«On ne sait pas où ça peut nous conduire, mais une chose est certaine, si on ne fait pas l’étude, on ne saura jamais ce qui aurait été le mieux pour nos populations» - Simon Gélinas

Même son de cloche du côté de Simon Gélinas, maire de Lorrainville. «Se regrouper permettrait d’améliorer la qualité du service offert aux citoyens, a-t-il anticipé. Nous avons déjà plusieurs ententes intermunicipales. Un moment donné, nous ne pouvons plus en conclure d’autres, car cela devient très lourd à gérer en plus de l’administration de base de la municipalité.»

Sans Duhamel-Ouest, point de fusion

Toutefois, si Lorrainville et Ville-Marie sont toutes les deux prêtes à entreprendre les études liées à un éventuel regroupement entre les deux municipalités, c’est loin d’être chose faite, car pour fusionner, deux municipalités doivent avoir une frontière commune, selon la Loi sur l’organisation territoriale municipale.

Simon Gélinas

©Lucie Charest - Le Citoyen Rouyn - La Sarre

Simon Gélinas envisage l’éventualité d’un regroupement municipal avec un bel enthousiasme.

Carte Duhamel-Ouest

©Capture d'écran Google

Ville-Marie est enclavée par Duhamel-Ouest, ce qui la rend tributaire du bon vouloir de cette dernière pour effectuer des regroupements municipaux.

Or, Lorrainville et Ville-Marie sont séparées par une bande de terre appartenant à Duhamel-Ouest. En clair, Duhamel-Ouest est la seule à partager des frontières avec toutes les autres municipalités du centre du Témiscamingue. Sans son accord, aucune fusion ne pourra avoir lieu.

Réussir son regroupement

Les maires Gélinas et Roy ne cachent pas leur enthousiasme envers les avantages qu’entraînerait un regroupement entre plusieurs municipalités, tant au point de vue administratif, qu’à ceux du recrutement de personnel et de la qualité des services. Ils sont cependant tous deux conscients de l’ampleur de la tâche et de l’engagement qu’un tel processus requiert, tant chez les élus que chez le personnel administratif. «Nos directeurs généraux sont au courant et sont prêts à s’investir», ont-ils affirmé d’un commun accord.

C’est d’ailleurs cet investissement humain qui a été la clé du succès de la récente fusion entre Laverlochère et Angliers, selon le directeur régional du MAMH, Denis Moffet.

«Un facteur très important a été l’implication active des deux maires concernés et de leurs directrices générales tout au long du processus, y compris lorsque le résultat des discussions a été présenté à la population de chacune des deux municipalités originales», a-t-il noté.

Si cette fusion effectuée le 1er janvier 2018 a été un franc succès, elle a été l’aboutissement d’un long processus échelonné sur pratiquement 10 ans. Après avoir caressé l’idée, partagé des ressources humaines et des services entre Angliers, Saint-Eugène-de-Guigues et Laverlochère dès 2009, l'ultime projet de regroupement entre Laverlochère et Angliers s’est naturellement amorcé en 2013.

«En 2015, nous nous sommes assis avec le MAMH, a relaté Daniel Barrette, maire actuel de Laverlochère-Angliers. Le personnel nous a fourni de l’aide pour faire une étude complète de l’actif et du passif de nos deux municipalités, du niveau d’endettement et voir comment on harmonise le tout en fusionnant les deux budgets. Lorsque l’étude a été terminée, nous avons constaté qu’il y avait du positif pour les deux municipalités.»

Simon Gélinas

©Lucie Charest - Le Citoyen Rouyn - La Sarre

Simon Gélinas envisage l’éventualité d’un regroupement municipal avec un bel enthousiasme.

Peu importe l’issue

Pour Simon Gélinas, le plus jeune maire des six municipalités interpellées, l’engagement et le temps requis ne sont pas un obstacle. Pour lui, jamais rien ne pourrait obliger aucune municipalité à un regroupement et ce sera la population de chacune d’elles qui aura le dernier mot.

«On ne sait pas où ça peut nous conduire. Ce sera peut-être à un regroupement de deux, trois, quatre municipalités, peut-être plus, d’autres ententes intermunicipales, mais une chose est certaine, si on ne fait pas l’étude, on ne saura jamais ce qui aurait été le mieux pour nos populations», a-t-il convenu.

 

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média