Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Politique

Retour

11 décembre 2019

Marc-André Gemme - magemme@lexismedia.ca

Les maires d’Abitibi-Ouest relancent le débat sur la subvention de Maheux

Certains ont changé leur fusil d’épaule depuis le dernier vote sur le sujet

Autobus Maheux

©Archives - Le Citoyen Rouyn - La Sarre

Certains maires ont changé leur fusil d’épaule depuis la publication d’une pétition soutenant le financement du transport collectif en Abitibi-Ouest.

Alors que les maires d’Abitibi-Ouest avaient voté à l’unanimité contre l’accord d’une subvention au transporteur Autobus Maheux en 2018, la pression populaire a fait changer d’idée certains maires, relançant ainsi le débat auprès des élus de la MRC.

Ce qui devait être une simple résolution au conseil des maires du mois de novembre s’est rapidement transformé en débat entre les élus au sujet du financement du transport en commun. 

«La résolution mandate la MRC d’Abitibi-Ouest de prendre en charge la demande de financement gouvernemental du transport interurbain pour assurer le parcours entre La Sarre et Rouyn-Noranda», a indiqué le directeur général de la MRC d’Abitibi-Ouest, Normand Lagrange, lors du conseil des maires du 27 novembre. 

Le programme gouvernemental en question permet aux entreprises de transport de recevoir du ministère des Transports une somme égale à trois fois celle investie par la communauté. Dans le cas présent, la Ville de La Sarre avait octroyé une aide financière de 15 000 $ à Autobus Maheux au début de l’année. Or, seules les MRC peuvent envoyer cette demande d’aide financière. La résolution en question proposait que la MRC dépose une demande au nom de la Ville de La Sarre. 

Un débat pour un autre jour 

«Nous avons déjà débattu de cette question ici à la table des maires, a expliqué M. Lagrange. Vous avez pris la décision de ne pas prendre d’argent de la MRC pour ce fonds-là. Nous voulons profiter de cette occasion pour demander au gouvernement du Québec qu’il s’engage à mettre de l’avant des solutions et qu’il prenne ses responsabilités financières au niveau du transport collectif régional.» 

Le préfet de la MRC, Jaclin Bégin, a alors demandé si d’autres municipalités voulaient emboîter le pas à La Sarre et investir à leur tour dans ce programme. Le maire de Poularies, Pierre Godbout, dont un grand nombre de citoyens avaient signé la pétition pour soutenir le transport collectif dans la RMC, a alors relancé le débat sur la question. 

«Je pense que c’est un service de proximité qu’on offre à nos citoyens et que la MRC doit s’engager là-dedans compte tenu qu’elle est capable d’obtenir trois fois le montant qu’on peut investir», a-t-il fait valoir. 

Il a aussi demandé pourquoi ce fardeau fiscal ne devrait retomber entre les mains que d’une ou deux municipalités, alors que le service est utilisé par les citoyens des 21 localités de la MRC. «Parce qu’on a déjà voté deux fois sur cette question», a répondu M. Bégin. 

M. Godbout a alors reconnu avoir fait partie des maires qui ont voté contre le projet, mais qu’aujourd’hui, il désire écouter ses citoyens, ce qui l’a conduit à changer son fusil d’épaule. 

Alors que plusieurs maires ont appuyé son allocution, d’autres ont maintenu leur désaccord avec l’idée. Les maires se sont entendus sur la tenue d’un nouveau débat sur la question, mais que celui-ci devrait être organisé à une date ultérieure. 

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média