Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Communauté

Retour

17 décembre 2019

Marc-André Gemme - magemme@lexismedia.ca

Près de 350 items faits à la main pour les jeunes d’Abitibi-Ouest

Depuis 13 ans une petite armée d’artisanes assure un beau Noël aux jeunes en difficulté

don doudous DPJ 2019

©Photo Le Citoyen – Marc-André Gemme

Les artisanes ont fabriqué 76 doudous, 73 baluchons et 220 articles variés pour les jeunes de la DPJ en 2019.

Depuis 2006, les artisanes d’Abitibi-Ouest fabriquent des centaines d’objets qui sont remis aux jeunes faisant partie du système de la protection de la jeunesse (DPJ). Cette année encore, elles récidivent avec près de 350 items. 

don doudous DPJ AO 2019

©Photo Le Citoyen – Marc-André Gemme

L’équipe de la DPJ d’Abitibi-Ouest avec plusieurs des artisanes qui ont fabriqué les objets.

L’initiative «Un P’tit cœur au chaud» existe depuis 2001. La première édition s’est tenue en 2001. Quelques années plus tard, les gens de La Sarre ont décidé de suivre le modèle. 

«Il y a longtemps, on a rencontré la dame qui a parti cela et on a décidé d’amener ça chez nous aussi, a expliqué Sylviane Trudel, membre des Artisanes lasarroises. C’est une histoire d’équipe, de groupe, mais surtout de cœur.» 

Des artisanes de tous les coins de l’Abitibi-Ouest ont participé à la fabrication de doudous, mitaines, baluchons, toutous et bien d’autres. Tous ces objets seront remis aux jeunes de la DPJ d’Abitibi-Ouest. 

De nouveau cette année, les Fermières de La Reine ont fabriqué des trousses refermables pour y mettre des articles de toilette. Cette année, 76 doudous, 73 baluchons et 220 autres articles variés ont été remis à la DPJ. 

Un manque de familles d’accueil 

La DPJ d’Abitibi-Ouest travaille auprès de 300 jeunes de la MRC qui vivent des difficultés familiales. Avant d’en arriver à cette solution, la DPJ consulte les membres de la famille de l’enfant en priorité. Si personne de la famille ne peut prendre en charge l’enfant, il sera placé en famille d’accueil. 

«On a un besoin criant de familles d’accueil en Abitibi-Ouest, a affirmé Donald Vallières, directeur du Centre jeunesse de La Sarre. Le placement, c’est réellement le dernier recours quand un enfant vit une situation vraiment particulière.» 

Les gens intéressés à devenir famille d’accueil sont invités à communiquer avec la DPJ. 

Grand succès pour Chevelle 

Il y a un peu plus d’un an, la DPJ d’Abitibi-Ouest accueillait un nouveau membre de son équipe, la chienne Chevelle. Cette chienne Mira est spécialement éduquée pour apporter un soutien émotif aux enfants qui vivent des difficultés. Aujourd’hui, le succès du projet est indéniable. L’équipe a d’ailleurs fait fabriquer des jouets à l’effigie de Chevelle, qui sont remis à certains jeunes qui travaillent avec elle. 

«C’est très positif auprès des enfants, surtout lorsqu’ils doivent se rendre au tribunal, a expliqué M. Vallières. Ça fonctionne très bien avec les enfants qui ont des problèmes de santé mentale, mais c’est pareil avec tous les jeunes qui entrent en contact avec elle.» 

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média