Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Environnement

Retour

19 décembre 2019

Patrick Rodrigue - prodrigue@lexismedia.ca

Arsenic: le Conseil régional de l’environnement interpelle Québec

Il réclame l’imposition d’une limite quant à la quantité d’arsenic pouvant être traitée par la Fonderie Horne

Fonderie_Horne_hiver

©Patrick Rodrigue - Le Citoyen Rouyn - La Sarre

Le CREAT reconnaît les efforts consentis par la Fonderie Horne, mais considère qu’il faudra des cibles et des échéanciers plus précis.

Le Conseil régional de l’environnement de l’Abitibi-Témiscamingue (CREAT) reconnaît les efforts consentis par la Fonderie Horne pour réduire ses émissions atmosphériques d’arsenic, mais estime que les résultats seront difficilement évaluables. Il interpelle donc le gouvernement du Québec pour qu’il impose une réduction à la source.

Dans un communiqué publié le 19 décembre, le CREAT a mentionné retenir qu’au terme du plan d’action déposé le 15 décembre par la Fonderie Horne, les émissions d’arsenic pourraient diminuer de 23 % à 55 % par rapport aux concentrations actuelles.

Il déplore cependant que les échéanciers soient approximatifs. «Sans cible et sans échéancier plus précis, il est difficile d’évaluer les résultats des actions qui auront été mises en place, a fait observer Jacinthe Châteauvert, présidente du CREAT.

À cet égard, après l’avoir interpellé par écrit, plus tôt cet automne, l’organisme a récemment reçu une réponse du ministre de l’Environnement, Benoit Charette, faisant état d’une «cible de réduction intérimaire ambitieuse des émissions d’arsenic dans l’air» qui devrait découler des travaux du comité interministériel. Le CREAT a accueilli favorablement cette réponse, à condition que la cible soit établie dans les meilleurs délais.

Québec doit s’impliquer davantage

Par ailleurs, l’organisme a fait valoir que la réduction des émissions d’arsenic devait, certes, impliquer un meilleur contrôle des émissions fugitives par la Fonderie Horne, mais aussi une réduction à la source des intrants contenant de l’arsenic, notamment les rebuts électroniques destinés au recyclage. Or, ni Ottawa ni Québec n’ont manifesté de volonté de légiférer en la matière.

«Il est essentiel que le Québec impose une limite quant à la quantité d’arsenic pouvant être traitée par la Fonderie Horne, considérant les effets cancérigènes et neurotoxiques reconnus de cette substance», a fait valoir Mme Châteauvert.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média