Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Commerciaux

Retour

20 décembre 2019

Collaboration spéciale - contact@lexismedia.ca

Paresthésie: quand faut-il s'inquiéter?

Symptômes

Arthrose du pouce Dr Brutus

©Depositphotos - Le Citoyen Rouyn - La Sarre

La paresthésie est une sensation de fourmillement que l’on peut ressentir dans les doigts, les orteils et les jambes, mais pas seulement. Ses causes sont variées et le plus souvent bénignes, mais il vaut toujours mieux la diagnostiquer pour ne pas passer à côté d’une pathologie plus grave.

Des symptômes gênants

Les symptômes de la paresthésie correspondent à une sensation d’engourdissement dans une partie de son corps, de brûlure ou de fourmillement à l’extrémité des doigts, des orteils et autour de la bouche parce que ce sont des zones très innervées. Mais les symptômes peuvent atteindre les bras, les cuisses ou les mollets et même le visage.

De nombreuses causes bénignes

Les causes sont imputables au système nerveux central, mais aussi au système nerveux périphérique, c’est-à-dire des nerfs dans d’autres parties du corps. Heureusement, la paresthésie reste banale le plus souvent.

  • C’est le cas par exemple du syndrome du canal carpien. Une seule main est touchée du fait de la compression du nerf médian dans le tunnel carpien. Les femmes sont les plus touchées à partir de 50 ans. On pense qu’il y aurait des dispositions hormonales à cette maladie. Mais pour le confirmer, il faut identifier l’engourdissement des doigts : généralement, seuls trois d’entre eux sont affectés par la paresthésie. Le traitement du tunnel carpien est simple : attelle la nuit pour soulager la douleur, exercices d’étirement, éventuellement petite chirurgie en cas d’échec des autres traitements.
  • La spasmophilie touche quant à elle les mains et la bouche. Les crises d’angoisses sont accompagnées de spasmes musculaires, d’une respiration rapide et de sursaut des paupières.
  • L’hypoglycémie est le signal que le cerveau manque de sucre. La personne est pâle, en sueur et soufre de palpitations.
  • Une névralgie du trijumeau si les fourmillements touchent une partie du visage. Des douleurs apparaissent également à la mastication, de type décharges électriques.
  • La paralysie de Bell atteint tout le visage et rend difficile l’ouverture de la bouche, la fermeture des yeux, etc. Heureusement, elle est bénigne elle aussi, ce qui ne veut pas dire qu’il ne faut pas consulter.

D’autres paresthésies en revanche sont plus graves :

  • L’AVC est dû au manque brutal d’irrigation du cerveau.
  • L’hyperthyroïdie s’explique par une trop grande quantité d’hormones thyroïdiennes. La paresthésie dans ce cas est associée à une faiblesse musculaire et à une transpiration anormale.
  • La sclérose en plaques dont le principal symptôme s’exprime par des troubles de la vision. Une ponction lombaire confirme le diagnostic.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média