Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Faits Divers

Retour

24 décembre 2019

Dominic Chamberland - dchamberland@lexismedia.ca

Un Boeing 737 atterrit d’urgence à Val-d’Or : «On a entendu un gros ‘’pow’’ et vu des flammes…»

L'appareil d'Air Inuit aurait subi un bris de moteur au décollage

Atterrissage urgence

©Photo Le Citoyen - Dominic Chamberland

L'appareil d'Air Inuit qui s'est posé d'urgence à l'Aéroport de Val-d'Or lundi soir.

L’avant-veille de Noël a été moins tranquille que prévu pour bien du monde, lundi soir à l’Aéroport de Val-d’Or.

En effet, un Boeing 737-200 d’Air Inuit transportant 57 passagers (des travailleurs miniers pour la plupart) et quatre membres d’équipage a dû atterrir d’urgence à Val-d’Or vers 20h30 en raison, selon toute vraisemblance, d’un bris de moteur. L’incident n’aurait fait aucun blessé.

Arrivé de Kattiniq-Donaldson au Nunavik (près de la mine Raglan), l’appareil était en train de décoller de Val-d’Or aux alentours de 19h35 pour se rendre à Montréal (après une courte escale en sol abitibien) quand l’un de ses deux moteurs aurait sauté, au point de laisser des débris sur la piste.

Atterrissage urgence

©Photo Gracieuseté - Jean-Philippe Richard

Le Boeig 737-200 dans les minutes suivant son atterrissage, flanqué de véhicules d'urgence.

«On a entendu un gros ‘’pow’’ et certaines personnes ont vu des flammes…», a mentionné l’un des passagers rencontrés dans le terminal. «Disons que ça donne un petit frisson!, a ajouté un autre passager. Il y en a qui ont eu pas mal peur.»

Le pilote de l’avion a aussitôt logé un appel de détresse par mesure de précaution et les services d’urgence ont rapidement été déployés à l’Aéroport de Val-d’Or en cas de besoin, avec l’arrivée de plusieurs ambulances, camions de pompiers et voitures de police.

L’accès à l’aéroport avait été bloqué et les autorités commençaient à faire évacuer le secteur lorsque l’avion s’est finalement posé sans problèmes, après avoir survolé le secteur durant près d’une heure pour brûler du kérosène et possiblement pour se stabiliser en vue de l’atterrissage. "Ç'a été un gros soulagement d'atterrir", a signalé un passager. Les opérations ont ensuite repris normalement à l’Aéroport de Val-d’Or.

Se remettant de leurs émotions, les passagers ont passé la nuit dans des hôtels de Val-d’Or et doivent prendre un nouveau vol mardi matin pour enfin rallier Montréal, une bonne douzaine d’heures plus tard que prévu. «Et dire qu’on était en avance sur l'horaire avant que tout ça n’arrive!», a laissé tomber un passager qui préférait en rire.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média