Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Soccer

Retour

08 janvier 2020

Jean-François Vachon - jfvachon@lexismedia.ca

Une première saison sous le signe de l’apprentissage

Nicolas Théberge et Philippe Chevalier ont vécu leur première saison avec les Pioneers de MidAmerica Nazarene

Philippe Chevalier Nicolas Theberge

©Jean-François Vachon - Le Citoyen Rouyn - La Sarre

Philippe Chevalier et Nicolas Théberge lors de leur passage dans nos bureaux.

Exilés sur la Côte Ouest américaine, les Rouynorandiens Nicolas Théberge et Philippe Chevalier ont complété leur première saison de soccer avec les Pioneers de MidAmerica Nazarene, une université américaine de Kansas City, où ils évoluent.

«Ça s’est bien passé individuellement. Je sens que je me suis amélioré énormément. Collectivement, ça n’a pas été comme on le voulait. On avait plusieurs nouveaux. Et de ces 14 nouveaux, 10 étaient des premières années», a indiqué Philippe Chevalier.

Philippe Chevalier

©Gracieuseté

À sa première saison avec les Pioneers de MidAmerica Nazarene, une université américaine de Kansas City, Philippe Chevalier a réussi à agir comme titulaire.

«Je suis super content de ce que j’ai accompli. Je sens que j’ai gagné en confiance. J’ai acquis beaucoup d’expérience. À 18 ans, j’étais un des plus jeunes de l’équipe en plus d’être titulaire», a ajouté celui qui évolue comme défenseur central.

Même son de cloche pour Nicolas Théberge, auteur de trois buts. «À mon âge, je ne m’attendais pas à jouer autant. On a affronté des gars de 25 ans», a-t-il évoqué.

Le jeune homme ne regrette pas son choix. «À 17 ans, je suis parti à Kansas City avec une bourse d’étude. J’essaie d’en profiter au maximum», a-t-il précisé.

Malgré la saison, qu’il qualifie de décevante, il regarde déjà la prochaine avec ambition. «On ne veut pas quitter l’université sur cette saison-là. On veut se reprendre. On va jouer une autre année là-bas», a lancé Nicolas Théberge.

Le jeu physique

Une des choses qui a marqué les deux joueurs, c’est le style de jeu. «Nos adversaires étaient plus grands et plus forts physiquement. On avait l’impression de jouer au rugby. En plus, certaines équipes avaient un joueur en mesure de faire une touche au 2e poteau et plusieurs buts ont été marqués comme ça», a évoqué Nicolas Théberge.

«Notre équipe jouait plus la possession. On était une des plus petites équipes. On voulait faire rouler le ballon et construire. Les équipes marquaient la plupart du temps sur des jeux arrêtés», a pour sa part ajouté Philippe Chevalier

Les deux jeunes évoluaient dans la NAIA (National Association of Intercollegiate Athletics) au sein d’une conférence très relevée. «Notre conférence était la plus forte au pays. On a affronté les 1re, 5e, 10e et 15e meilleures équipes au pays», a soutenu le défenseur central.

Et les joueurs provenaient de différents endroits à travers le monde. «On avait seulement cinq joueurs américains. Les autres étaient des Européens ou des Latinos», a exposé Philippe Chevalier.

«On s’est vraiment bien adaptés à l’équipe. On était un peu les petits frères de l’équipe», a ajouté Nicolas Théberge.

Traité comme des professionnels

Dans leur université, les deux Rouynorandiens ont pu apprécier les infrastructures. «Elles sont assez incroyables. On avait un terrain de match et un terrain de pratique, les deux en naturel. On avait accès à des physiothérapeutes. On avait une piscine, un gym, etc.», a énuméré Philippe Chevalier.

Nicolas Théberge a même pu savoir à quelle vitesse il courait grâce à des puces GPS insérées dans des vestes de sport. Cela permet d’analyser le jeu en détail. «J’ai atteint une vitesse de 36 km/h. Je ne savais même pas que je pouvais courir aussi vite», a-t-il confié

Nicolas Theberge

©Gracieuseté

Même si les résultats de l’équipe n’ont pas été à la hauteur, Nicolas Théberge a beaucoup appris au cours de cette première année aux États-Unis.

Vivre aux États-Unis leur a aussi permis de vivre un environnement différent. «Je dirai que la grosse différence, c’est les guns et la religion», a lancé sans détour Philippe Chevalier.

La CanPL, une option?

L’arrivée de la CanPL (Canadian Premier League) au pays est aussi un signe important pour les deux joueurs. En effet, cela pourrait leur donner une opportunité de jouer au plus haut niveau du soccer canadien. «C’est vraiment une grosse option. Elle va se développer encore plus au cours des prochaines années», a fait valoir Nicolas Théberge.

Néanmoins, à 18 ans, les deux jeunes hommes souhaitent d’abord obtenir leur diplôme. «C’est quelque chose de possible de devenir professionnel, mais en même temps, l’école est importante. Là, on a l’occasion de terminer nos études à 21 ans et de pouvoir tenter notre chance après», a expliqué Philippe Chevalier.

Commentaires

9 janvier 2020

Francine Fortin

Bravo à vous deux et bon retour 2020 ..Une expérience extraordinaire!

9 janvier 2020

Stephanie Fournier

Que de sacrifices faits mais quel bel accomplissement! Continuez les boys ça vaut la peine et vous atteindrez vos objectifs j’en suis certaine xx

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média