Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Culture

Retour

14 janvier 2020

Lucie Charest - lcharest@lexismedia.ca

Le pardon remplace le bâton à La Bouquine

Abolition totale des frais d’adhésion et des amendes liées aux retards à la bibliothèque de Ville-Marie

Bibliothèque

©Deposit Photo

La bibliothèque peut facilement devenir un lieu d’éveil à la culture pour les enfants.

À Ville-Marie, plus question de mettre des freins à la promotion de la culture. La bibliothèque municipale La Bouquine vient de mettre fin aux frais d’abonnements et aux amendes.

«Nous avions remarqué que des abonnés se retenaient de fréquenter la bibliothèque, car ils n’avaient pas les sous pour régler leurs amendes de 0,10 $ par jour de retard, a indiqué Geneviève Boucher, directrice des loisirs et de la vie communautaire à la Ville. Parfois, des gens cumulaient des amendes pouvant aller jusqu’à 60 $ lorsqu’ils avaient plusieurs livres en retard.»

D’après Mme Boucher, il est arrivé à maintes reprises que des abonnés dont les amendes avaient atteint des sommes élevées cessent tout simplement de fréquenter la bibliothèque et attendent février pour les rapporter, ce mois devenant un moment d’amnistie où les ardoises des retardataires sont effacées.

«Parfois, des gens cumulaient des amendes pouvant aller jusqu’à 60 $ lorsqu’ils avaient plusieurs livres en retard» - Geneviève Boucher

Beaucoup de gestion

«Les sommes que nous pouvions retirer des frais d’abonnement ne dépassaient pas les 5000 $ sur un budget de fonctionnement d’environ 90 000 $, a constaté Mme Boucher. C’est bien peu comparativement au temps et à l’énergie que cela prenait à nos bénévoles, une quarantaine, pour contacter les retardataires, mettre à jour leur dossier et gérer la petite caisse.»

D’après des études récentes menées par l’Association des bibliothèques publiques du Québec, abolir ces frais aurait permis d’augmenter la fréquentation des bibliothèques publiques de 10 % en Europe et aux États-Unis, où ces frais n’existent plus.

Josianne Bergeron

©Gracieuseté

La coordonnatrice Josianne Bergeron, à gauche, en compagnie de Sylvie Quenneville, responsable du volet scolaire.

Accès universel à la culture

Pour le conseil municipal de Ville-Marie, qui a entériné, avant les Fêtes, la résolution pour abolir ces frais à la bibliothèque municipale, faire la promotion de la culture fait partie des priorités. «Il ne faut pas oublier que nos bibliothèques, surtout en région plus éloignée, sont souvent les seuls endroits de culture accessibles à tous, a rappelé Geneviève Boucher. Elles font partie du cœur de chaque collectivité. L’ONU recommande d’ailleurs de rendre la culture accessible à tous.»

La Bouquine serait parmi les 10 premières bibliothèques municipales à avoir aboli tous ces frais au Québec. Toutefois, attention aux retardataires: vos livres empruntés à La Bouquine devront être rapportés à un moment où à un autre, sinon leur coût vous sera facturé en entier.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média