Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

16 janvier 2020

Lucie Charest - lcharest@lexismedia.ca

À chaque production son défi au Théâtre de la Loutre

«À la bonne aventure», une comédie qui n’échappe pas à la règle

Théâtre la Loutre

©Gracieuseté

Monter une comédie avec 12 comédiens, dont quatre recrues, relève du défi en soi, même pour Réal Couture.

Monter une production théâtrale avec 12 comédiens amateurs, dont le tiers n’était jamais monté sur les planches, représente l’un des beaux défis auxquels Réal Couture, metteur en scène du Théâtre de la Loutre, s’est mesuré.

«Chaque production comporte son lot de défis en théâtre amateur, a reconnu M. Couture. Par contre, jongler avec les disponibilités de chacun, lorsqu’ils sont 12, peut devenir un exercice en soi. Un autre défi en aura été un de mise en scène, car il arrive qu’à certains moments, jusqu’à sept ou huit comédiens se trouvent sur la scène en même temps. C’est tout un pari au niveau du timing de la comédie.»

L’intrigue

«À la bonne aventure» est une comédie de Catherine Chevrot qui nous transporte au début du vingtième siècle dans une famille bourgeoise. Une jeune mariée se plaint que le temps est long jusqu’à ce qu’une cartomancienne lui rende visite et lui prédise une belle aventure. À partir de cet instant, une suite d’événements fortuits révélera des secrets de famille, des désirs cachés, le tout sur un fond d’humour. La pièce au jeu clownesque déboulera par la suite à un rythme d’enfer.

«Je suis toujours fasciné de voir à quel point la chimie opère, comment l’unité se crée entre les différents comédiens» - Réal Couture

D’une manière, Réal Couture ne pouvait pas mieux choisir pour que les différents niveaux de jeu des comédiens impliqués, parfois tributaires de l’expérience acquise, puissent s’harmoniser au grand plaisir de chacun.

«En théâtre amateur, l’expérience de la scène des anciens face à celle moins vaste des recrues ne doit pas être apparente, a-t-il fait observer. C’est pourquoi nous travaillons plus en profondeur certains aspects avec les nouveaux, tels que la diction, la projection de la voix et la gestuelle.»

Quand la chimie opère

Quelques jours avant la première de la pièce, Réal Couture donnait l’impression que la troupe du Théâtre de la Loutre et lui-même avaient relevé tous les défis avec brio.

«Je suis toujours fasciné de voir à quel point la chimie opère, comment l’unité se crée entre les différents comédiens, s’est-il réjoui. Une complicité, de nouvelles amitiés se développent entre les comédiens. Les plus expérimentés soutiennent le jeu de ceux de la relève. C’est aussi ce qui fait La Loutre existe toujours, cette capacité à recruter de la relève et à l’intégrer aux plus anciens.»

Le Théâtre de la Loutre a été fondé il y a 27 ans. «La bonne aventure» est sa 25e production. Elle sera présentée au Théâtre du Rift à Ville-Marie, à 20h, les 30 et 31 janvier ainsi que le 1er février.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média