Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Culture

Retour

31 janvier 2020

Thierry de Noncourt - tdenoncourt@lexismedia.ca

La 27e saison de L’Écart s’ouvre avec une triple exposition

Bruno Marceau de Chicoutimi, Gabrielle Desrosiers et Sabina Chauvin Bouchard de Rouyn-Noranda

L'Écart Gabrielle Desrosiers artiste

©Photo Le Citoyen – Thierry de Noncourt

Gabrielle Desrosiers présente «A Map Showing the Course of the TrueLove River», une œuvre inspirée d’un parcours amoureux.

L’Écart, lieu d’art actuel, débute sa 27e saison en force en présentant les expositions de trois artistes de talent: Bruno Marceau de Chicoutimi ainsi que Gabrielle Desrosiers et Sabina Chauvin Bouchard, toutes deux de Rouyn-Noranda.

«On joue notre rôle de centre d’artistes, qui est d’appuyer la création locale d’artistes en art visuel actuel. Ce sont souvent leur première exposition solo, ce qui leur permet d’obtenir le statut d’artiste professionnel», a confié Matthieu Dumont, codirecteur de L’Écart. 

Bruno Marceau 

Bruno Marceau, artiste pluridisciplinaire saguenéen, présente «Suggestions de slogans à scander», une exposition composée de photographies, d’images numériques, de céramiques et d’autoportraits vidéo. «[Il s’agit d’un genre de] commentaire critique par rapport à notre état de citoyen passif devant l’art, devant à peu près tout . L’œuvre nous rappelle l’absence/présence de l’artiste, une sorte de jeu du chat et de la souris», a-t-il confié. 

Gabrielle Desrosiers 

Originaire de Québec, Gabrielle Desrosiers habite à Rouyn-Noranda depuis un peu plus d’un an. Elle présente, grâce à une subvention du Conseil des arts du Canada, «A Map Showing the Course of the TrueLove River», une exposition inspirée d’une carte trouvée au gré de ses pérégrinations virtuelles, qui représente un parcours amoureux. Son exposition est composée de photographies, de sculptures et d’objets hétéroclites brillamment assemblés. «Si j’avais à écrire une chanson d’amour, ça ressemblerait à ça», a-t-elle illustré. 

Sabina Chavin Bouchard 

Originaire de Rouyn-Noranda, l’artiste multidisciplinaire Sabina Chavin Bouchard propose «Si Dieu le veut», une exposition de craie et de tissu qui questionne le parallèle entre l’emprise de l’Église à l’époque de la Grande noirceur et celle des grandes entreprises capitalistes sur la société d’aujourd’hui. L’artiste s’intéresse au ressenti naviguant au sein de la peur, du conflit et du désir. 

Le vernissage a eu lieu le 30 janvier et l’exposition se poursuit jusqu’au 1er mars. 

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média