Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Éducation

Retour

06 février 2020

Thierry de Noncourt - tdenoncourt@lexismedia.ca

Maternelle 4 ans: tout un casse-tête!

L’ajout de 13 classes complique drôlement la gestion de la CSRN

Maternelle 4 ans

©Photo Le Citoyen – Archives

On devra probablement entasser plus d’élèves par classe et sacrifier des bibliothèques pour aménager des maternelles 4 ans à Rouyn-Noranda.

Alors que le gouvernement s’apprête à abolir les commissions scolaires, le ministre de l’éducation, Jean-François Roberge, a annoncé, le 6 février, l’ajout de 360 nouvelles classes de maternelles 4 ans, en septembre 2020, dont 21 en Abitibi-Témiscamingue et 13 à Rouyn-Noranda seulement.

Déjà confrontée à un manque d’espace et dans l’obligation de faire des pieds et des mains pour aménager plus de locaux, comme avec son projet (en attente) de reprise de l’école Immaculée-Conception, le président de la Commission scolaire de Rouyn-Noranda (CSRN), Daniel Camden, se demande bien comment on fera pour accueillir ces nouvelles classes. 

«Ce sont les décisions du ministre d’imposer des choix et de ne pas écouter le milieu, qui lui dit qu’on manque de places et qu’on pourrait les déployer autrement pour s’assurer de répondre aux besoins de la clientèle qui en a vraiment besoin», a-t-il dénoncé. 

Choix difficiles 

L’aménagement de chaque local des nouvelles maternelles 4 ans devait coûter 125 000 $ à l’origine. Ce montant serait maintenant de 800 000 $ par classe. Selon M. Camden, des choix difficiles devront être faits, comme celui d’augmenter le nombre d’élèves par classe pour dégager des locaux ou de sacrifier des bibliothèques, par exemple. «Une maternelle, ça prend l’espace d’une classe et demie avec les salles de bain et tout», a-t-il expliqué. 

Le président de la CSRN souhaiterait que le ministre revienne sur sa décision et qu’il prenne le temps d’écouter les gens du milieu. Daniel Camden prévoit d’ailleurs qu’il y aura d’autres coupures à la suite de l’abolition des commissions scolaires. 

« À la fin du mois de février, il n’y aura plus de porte-parole officiel de la CSRN. Ce sera le directeur général qui va dire et faire ce que le ministre lui dit. Ça fait cinq ans que nous faisons des déficits parce que nous maintenons des services à l’élève importants. Maintenant, c’est simple: le gouvernement va rayer 14 noms et il va équilibrer le budget», a-t-il déploré, en citant en exemple des coupures probables de postes d’éducateurs spécialisés. 

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média