Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Environnement

Retour

21 février 2020

Thierry de Noncourt - tdenoncourt@lexismedia.ca

Ils veulent restaurer le lac Osisko

Objectif, le centenaire de Rouyn-Noranda en 2026

Lac plage Osisko 1943 Rouyn-Noranda

©Photo BAnQ – Fonds Joseph Hermann Bolduc

En 1943, le photographe Joseph Hermann Bolduc croquait sur le vif des gens qui se baignaient allègrement dans les eaux du lac Osisko.

Malgré sa beauté indéniable, le lac Osisko de Rouyn-Noranda a mauvaise réputation en raison, surtout, des contaminants qui y ont été déversés dans le passé et qui sont encore présents dans les sédiments. 

Le Collectif Territoire, un organisme sans but lucratif qui regroupe des entrepreneurs de haut calibre, souhaite impliquer la population ainsi que le génie des arts, des sciences et de l’industrie dans ce projet ambitieux en vue du centenaire de Rouyn-Noranda, qui sera célébré en 2026. 

«C’est un joyau identitaire. C’est un joyau naturel en plein cœur de notre ville. Ça fait plusieurs années que des gens prennent des actions par rapport à l’aménagement des berges, de la mise en valeur des oiseaux nicheurs. Il y a aussi de nombreuses initiatives culturelles et artistiques (piste cyclable, Place Edmund-Horne, Guinguette, etc.)», a expliqué Geneviève Aubry, directrice du Collectif Territoire. 

Problématique complexe 

L’objectif ultime est que la population se réapproprie ce lac serti au cœur de la ville. La tâche s’annonce toutefois ardue, étant donné sa complexité. 

«Ça nous oblige à travailler avec des scientifiques, des ingénieurs, des biologistes, des gens de différentes professions. C’est un projet qui vise à développer une compréhension approfondie de l’ensemble des problématiques environnementales du lac: les sédiments, les plantes aquatiques envahissantes, les goélands [ruissellement], qui créent aussi certains problèmes, au niveau de la qualité de l’eau», a ajouté Mme Aubry. 

Le Collectif aura recours, entre autres, à une importante banque d’études et de rapports qui ont été effectués sur le lac Osisko depuis les années 1960. 

Commentaires

22 février 2020

Boutour cecile

Il faudrait peut être commencer par le lac Kiwanis, une fontaine au centre du petit lac pour l’oxygénation ,les gens d’affaires pourraient participer en partie,sauvons d’abord ce qui existe

23 février 2020

André Pélissier

Vous nous précisez que le collectif territorial qui est un organisme qui regroupe des entrepreneurs . Ce collectif veut’il recueillir des fonds, s’autoriser la distribution des contrats et tout dépenser sous le couvert d’un organisme bénévole? Vous conviendrez que plus la tâche est ardue, étant donné sa complexité,plus les dépenses irons dans ce sens. Combien de millions ? Pour quel résultat?

25 février 2020

Michel Gauthier

J'espère que l'adage qui dit le ''pollueur/payeur'' Donc faite payé la fonderie pour les coûts pour dépolué ce magnifique lac que cette industrie à empoisonné.

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média