Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

25 février 2020

Martin Guindon - mguindon@lexismedia.ca

Le Labyrinthe des insectes revampe son exposition

Plus de 500 spécimens à découvrir

Labyrinthe insectes Tommy exposition

©Martin Guindon - Le Citoyen Rouyn - La Sarre

Tommy St-Laurent a offert une visite commentée de sa nouvelle exposition truffée d’informations et d’anecdotes.

Le Labyrinthe des insectes à Amos a inauguré sa toute nouvelle salle d’exposition, le 19 février. On y retrouve dorénavant plus de 500 spécimens naturalisés, permettant un tour d’horizon entomologique des plus intéressants.

«On a refait le tout. Les collections, les cadres et les spécimens. Depuis six ans, je me promène à la grandeur du Québec pour participer à des événements. Souvent, j’y rencontre des vendeurs d’insectes naturalisés, parfois j’en trouve sur le web. Tous ceux qui viennent du Québec, c’est moi qui les ai attrapés. Il existe un million d’espèces d’insectes, alors il a fallu choisir, parce que la cabane n’est pas assez grosse, mais je vous ai mis les plus beaux qui existent», a souligné l’entomologiste Tommy St-Laurent aux invités présents à l’inauguration.

«C’est un attrait qui est assez unique, qui est développé quand même à bout de bras par Tommy et sa famille, donc on est très contents qu’il continue de se développer. Ce ne sont pas toutes les villes qui peuvent se targuer d’avoir une exposition entomologique qui soit permanente et intéressant comme on a ici à Amos», a souligné pour sa part Pierre Deshaies, conseiller municipal à la Ville d’Amos.

Labyrinthe insectes salle exposition

©Martin Guindon - Le Citoyen Rouyn - La Sarre

La salle d’exposition du Labyrinthe des insectes a été entièrement revampée.

Des quatre coins du monde

Les insectes exposés proviennent des quatre coins du monde. Tommy St-Laurent a refait la plupart des montages dans des cadres de l’Atelier Jean Paquet de Québec. «Quand ils sont acquis, les insectes naturalisés sont souvent recroquevillés. Il y a un travail d’hydratation à faire, puis il faut placer délicatement les pattes et les ailes avec de petites aiguilles pour qu’elles soient symétriques. J’ai essayé d’équilibrer ce qu’on retrouve dans les cadres, de mettre des insectes qu’on peut comparer», a-t-il expliqué.

L’exposition propose donc de nombreux cadres d’insectes naturalisés, regroupés selon les espèces, des couleurs ou encore des spécificités. Un cadre montre notamment des coléoptères avec leurs ailes déployées. On retrouve aussi un mur complet de différents papillons, du Caligo avec ses yeux de chouette sur les ailes qui servent plus à désorienter leurs prédateurs qu’à les impressionner aux papillons bleus iridescents. Il expose aussi des spécimens de quatre des cinq plus grands papillons qu’on retrouve dans le monde, dont le Thysania Agrippina (envergure des ailes) et l’Argema Mittrei (ailes les plus longues).

«Je voulais garder mes insectes du Québec. Ce sont des guides de référence pour les visiteurs, qui y voient des insectes qu’ils peuvent trouver à la maison»  Tommy St-Laurent

Infos et anecdotes

Un autre cadre regroupe les phasmes, ces champions du camouflage qui en plus de ressembler à une branche ou une feuille, se comportent et se déplacent d’une façon qui leur permet de se fondre dans leur environnement. On peut aussi voir des mantes religieuses, une cigale géante, la guêpe Pepsis dont la piqûre arrive au second rang de l’échelle des douleurs de Schmidt et des coléoptères de toutes les tailles.

Le Labyrinthe des insectes a aussi fait une place aux arachnides, de la plus grosse mygale au monde aux scorpions, dont le rôdeur de la mort. Le venin de ce dernier a été étudié en médecine, puis ses propriétés ont été imitées pour effectuer des interventions sur des tumeurs au cerveau. Tommy St-Laurent et son équipe regorgent d’informations et d’anecdotes du genre, qui redonnent leurs lettres de noblesse aux insectes qui les passionnent tant.

Des trophées

L’entomologiste offre aussi certains de ses trophées aux visiteurs. Le papillon sphinx tête-de-mort, dont la chrysalide est placée dans la bouche des victimes du tueur en série dans Le silence des agneaux, est là. On peut aussi voir une Siliquofera Grandis, la plus grosse espèce de sauterelle au monde. Son spécimen date de 1985 et il est possible que les incendies forestiers en Australie aient décimé une bonne partie de l’espèce.

«Ma pièce de résistance, c’est le scarabée d’or. Il est difficile à trouver. Il vit en très haute altitude au Costa Rica… et j’en ai trouvé un auprès d’un fournisseur de Moscou», souligne-t-il, en invitant les familles à visiter le Labyrinthe des insectes durant la semaine de relâche, où il effectuera une visite du 1er au 6 mars à 13h30.

 

Du tourisme expérientiel

Présente à l’inauguration, Andréane Brouard, agente de développement à Tourisme Amos-Harricana, a souligné comment le Labyrinthe des insectes et son promoteur s’inscrivaient parfaitement dans la nouvelle tendance du tourisme expérientiel. En plus de la salle d’exposition, l’attrait offre aux visiteurs des animations avec des spécimens vivants d’insectes, arachnides et reptiles. «Les gens veulent vivre une expérience, repartir avec un souvenir, une émotion. Ça fait appel aux cinq sens, mais ça vise aussi le contact humain, l’authenticité. Et ça, Tommy est bon là-dedans. Il est passionné et il transmet sa passion», a-t-elle fait valoir.

 

Le Jurassic Jeep

Après la coccinelle, Tommy St-Laurent et Éric Trudel, de Trudel Automobile, ont renouvelé leur partenariat pour doter le Labyrinthe des insectes d’un Jeep inspiré du visuel de Jurassic Park, tout comme le nouveau logo de l’attrait touristique. «On cherchait un look safari, et c’est là qu’est venue l’idée d’un Jeep. Quand j’arrive à un événement, les organisateurs me font souvent stationner à l’avant. Je suis vraiment fier de ça et je veux remercier Éric, qui nous aide grandement», a déclaré Tommy St-Laurent.

Labyrinthe insectes Tommy Eric Trudel

©Martin Guindon - Le Citoyen Rouyn - La Sarre

Tommy St-Laurent et le Labyrinthe des insectes ont renouvelé leur partenariat avec Éric Trudel et Trudel Automobile.

Nouvelle exposition - Labyrinthe des insectes

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média