Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Économique

Retour

25 février 2020

Anne Blondin - ablondin@lexismedia.ca

Le Québec minier perd de son lustre

La pire performance depuis 2014 selon l’Institut Fraser

AB-Mines_ClassementFraser

©Photo Le Citoyen – Archives

Le Québec est passé du 4e au 18e rang, selon l’enquête annuelle de l’Institut Fraser sur l’attractivité des juridictions minières à travers le monde.

Les résultats de l’enquête annuelle de l’Institut Fraser sur l’attractivité des juridictions minières à travers le monde laisse un goût très amer à l’Association minière du Québec (AMQ), alors que le Québec affiche son pire résultat au classement depuis 2014.

De 2019 à 2020, le Québec est ainsi passé du 4e au 18e rang des juridictions mondiales les plus favorables au développement minier. De plus, le Québec a aussi chuté de la 2e à la 3e position dans le classement des provinces. 

Échec des gouvernements 

Selon l’AMQ, les résultats obtenus reflètent les préoccupations soulevées par l’organisme depuis plusieurs années. L’AMQ estime notamment que les gouvernements provincial et fédéral n’ont pas réussi à mettre en place un climat attractif pour les investisseurs. 

«Bien que l’on sente une réelle volonté du gouvernement du Québec de diminuer les délais d’obtention des permis, de proposer une réglementation environnementale tenant compte des réalités du secteur minier et de diminuer les fardeaux financiers et administratifs, cela ne se répercute pas sur l’indice de confiance des investisseurs, qui continuent de voir le Québec comme une juridiction où l’incertitude plane», a fait valoir la PDG de l’AMQ, Josée Méthot, dans un communiqué publié le 25 février. 

Comme les investisseurs cherchent la prévisibilité, l’AMQ estime que les résultats dévoilés par l’Institut Fraser doivent être perçus comme un signal clair en faveur d’une amélioration immédiate du climat d’investissement. «C’est aussi un rappel que le Québec est en compétition avec le reste de la planète pour attirer les projets miniers», a rappelé Mme Méthot. 

À inclure dans le prochain budget 

L’AMQ souhaite que le gouvernement du Québec soit sensible à ses revendications en prévision du budget 2020-2021, qui sera déposé prochainement. 

«Il est vrai que l’industrie minière se porte relativement bien au Québec. Il ne faut toutefois pas attendre le prochain cycle baissier pour poser des gestes permettant d’améliorer l’attractivité de la province. Lorsqu’on sait qu’un gisement découvert aujourd’hui pourrait devenir une mine dans quinze ans, c’est maintenant qu’il faut agir pour assurer la pérennité de l’industrie minière au Québec et ses importantes retombées socioéconomiques», a fait valoir Josée Méthot. 

Performances du Québec

Indicateurs de l’Institut Fraser 

Année 2019 

Année 2020 

Incertitude concernant la réglementation environnementale 

10e rang 

41e rang 

Doublons et incohérence réglementaires 

17e rang 

27e rang 

Incertitude concernant les aires protégées 

13e rang 

27e rang 

Incertitude concernant l’administration, l’interprétation et l’application de la réglementation existante 

11e rang 

28e rang 

Régime fiscal 

28e rang 

26e rang 

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média