Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Culture

Retour

25 février 2020

Anne Blondin - ablondin@lexismedia.ca

Un projet pour redonner la parole

Des élèves du Centre Élisabeth-Bruyère montent sur scène

AB-PresqueLa

©Photo Valérie Côté

Les artistes à l’origine du projet théâtral «Je suis presque là» ont, entre autres, recueilli les mots des élèves à la cafétéria grâce à un dispositif qui permettait uniquement à la personne d’entendre les questions alors que tous pouvaient entendre les réponses.

Les 26 et 27 février, les élèves du groupe Valérie Fournier, enseignante au Centre Élisabeth-Bruyère, monteront sur scène et présenteront la pièce «Je suis presque là». Il s’agit d’une façon de leur redonner la parole. 

Au cours des sept dernières semaines, les artistes Valérie Côté, Sarah Gélineau-Paradis et Marie-Hélène Massy Émond ont travaillé avec un groupe du centre de formation générale aux adultes afin de créer une pièce de théâtre de A à Z. Le projet «Je suis presque là» a pour but de laisser la parole aux élèves. À raison de deux rencontres par semaine, les artistes ont su créer un climat de confiance avec le groupe et favoriser le canal de la communication. 

«Nous avons créé un espace de discussion où la personne peut dire ce qu’elle veut. Nous avons donné à chacun l’occasion de choisir ce qu’il veut dire et mettre de l’avant. Ce que tu dis peut résonner chez les personnes qui sont dans la salle», a mentionné Marie-Hélène Massy Émond. 

«Quand on est arrivés, c’était déstabilisant autant pour eux que pour nous. Nous sommes débarqués dans leur classe avec tout notre matériel pour garder les traces de tout ce qui se dit», a avoué Valérie Côté. 

«Nous avons donné à chacun l’occasion de choisir ce qu’il veut dire et mettre de l’avant» - Marie-Hélène Massy Émond 

S’exprimer au «je» 

La seule consigne pour mener le projet à terme: que les gens qui prennent la parole s’expriment au «je». Les élèves pouvaient se livrer en fonction de ce qu’ils voulaient partager ou non. Le projet n’a aucune prétention thérapeutique, mais cela a amené certaines réflexions sur ce que les participants pouvaient ou avaient le droit de dire. 

«Dans la vie de tous les jours comme à l’école, ce qu’on doit dire et ce qu’on se dit, c’est la bonne réponse à la question. À l’école, quand tu réponds correctement, tu as des bonnes notes. Dans ta famille, tu as des privilèges. Avec tes amis, tu les gardes eux ainsi que ta réputation. Mais dans notre processus créatif, il n’y a pas de bonnes ou de mauvaises réponses», a poursuivi Mme Massy Émond. 

Répondre à des questions que personne n’entend 

Plusieurs activités ont permis aux jeunes de prendre la parole et recueillir leur propos. Une des activités pour y parvenir a eu lieu à la cafétéria du Centre Élisabeth-Bruyère. Une chaise était posée avec un micro et des écouteurs. Les personnes étaient invitées à s’asseoir, écouter les questions qui leur étaient posées sans que les autres les entendent et y répondre. Les réponses étaient transcrites au fur et à mesure sur un l’écran. 

«Les gens présents dans la cafétéria n’avaient accès qu’aux réponses que la personne assisse voulait bien nous donner. Et cela a donné de belles choses. Ce qu’on a créé, c’est un espace de prise de parole. C’est grâce à toutes les personnes qui ont osé prendre parole que nous allons créer le spectacle. Nous faisons du théâtre avec la réalité», a souligné Valérie Côté. 

Représentations 

Les représentations du spectacle «Je suis presque là» ont lieu les mercredi et jeudi 26 et 27 février à la cafétéria du Centre Élisabeth-Bruyère. Il est possible de réserver une place gratuitement sur le site du Petit Théâtre du Vieux-Noranda. Les places sont limitées. 

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média