Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Vos mines vous parlent

Retour

26 février 2020

Collaboration spéciale - contact@lexismedia.ca

Des projets prometteurs chez Ressources Bonterra

Publireportage

Vos mines vous parlent

TROIS GÎTES AURIFÈRES DE RESSOURCES BONTERRA SONT PARMI LES PLUS PROMETTEURS AU CANADA.

Il n’est pas étonnant dès lors qu’un projet d’agrandissement de l’usine de traitement du minerai, située à Desmaraisville, y soit associé.

Tout d’abord, Ressources Bonterra, dont le siège social a pignon sur rue à Val-d’Or, fait présentement appel aux services d’une soixantaine de professionnels. Ceux-ci sont principalement liés à trois sites qui sont en phase d’exploration. Il s’agit de MOROY, situé à 1 km au sud de l’usine Bachelor à Desmaraisville où les ressources mesurées et indiquées sont estimées à 667 000T . 

5,2 g/t Au : 111 000 oz et Les ressources présumées estimées à 396 000 tonnes

4,3 g/t Au : 55 000 oz. Un second site, le projet BARRY, 110 km à l’est de Lebel-Sur-Quévillon atteint les 2 052 000 tonnes

et 2 740 000T  5,14 g/t Au: 453 000 oz en ressources présumées.

Enfin le troisième site, le projet GLADIATOR, situé tout près du projet Barry, serait encore plus prometteur avec une ressource indiquée de 743 000 tonnes  8,5 g/t Au : 202 000 oz, et une ressource présumée de 3, 065, 000T 9,10 g/t Au: 897,000 oz. C’est ce dernier projet qui comporte les meilleures teneurs. Uniquement pour la période hivernale 2020, pas moins de 11 foreuses seront en action sur ces trois sites.

Ressources Bonterra vise les 75 000 mètres de forage cet hiver. Leur but à long terme est de démarrer trois mines pour alimenter l’usine Bachelor de Desmaraisville.

 

Tripler la capacité de l'usine 

Actuellement, cette usine détient un permis pour traiter 800 tonnes par jour. La compagnie souhaite agrandir l’usine et porter sa capacité à 2400 tonnes par jour. C’est pourquoi Ressource Bonterra a soumis au Comité d’examen des répercussions sur l’environnement et le milieu social (COMEX) une étude d’impact à l’automne 2019.

COMEX, c’est l’équivalent du BAPE au nord du 49e parallèle, il est régi par la Convention de la Baie-James et du Nord québécois. Une fois l’analyse de l’étude d’impact complétée, le processus d’audiences du COMEX suivra son cours.

 

Vos mines vous parlent

Actuellement, cette usine détient un permis pour traiter 800 tonnes par jour.

Des gens de la région au coeur des décisions

En plus d’avoir son siège social à Val-d’Or, des gens de la région siègent au CA de Ressources Bonterra dont l’administrateur Matthew Happyjack qui est également président d’Air Creebec. M. Happyjack participe activement à la promotion du développement économique de la Première Nation Crie de Waswanipi.

L’apport des autres administrateurs et membres de l’équipe de direction qui, sans être intimement liés à la région, décuple la productivité de l’équipe avec leurs expériences respectives. Pensons au président, Greg Gibson, dont l’expérience de 35 ans dans le secteur aurifère a été acquise au Canada, aux États-Unis et en Australie. L’administratrice Christina Ouellette, originaire du Nord-Est ontarien, a cumulé différents postes de direction chez Lake Shore, Gold Corp, FNX Mining, Dynatec et Domtar Forestry. L’administrateur, Akiba Leisman, fut le cofondateur et assume toujours la fonction de PDG de Sailfish Royalty Corp. Allan J. Folk VP Relations Investisseurs & Développement des Affaires possède quant à lui une vaste expérience de plus de 35 ans en matière de leadership dans le secteur du financement minier canadien. Johnny Oliveira, chef des finances, a œuvré en comptabilité, fiscalité, et s’est spécialisé auprès de sociétés minières au cours des 10 dernières années.

Parmi les officiers, notons Pascal Hamelin VP Opérations, et Jamie Lavigne, VP Exploration qui sont tous deux résidents de Val-d’Or.

Les sept principaux actionnaires de Ressources Bonterra sont la minière Kirkland Lake Gold, et différents fonds d’investissement. Ceux-ci détiennent 57 % des actions. Les autres 43 % sont disponibles au reste du marché.

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média