Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Économique

Retour

10 mars 2020

Lucie Charest - lcharest@lexismedia.ca

La 5e maternité porcine des Fermes boréales sera à Fugèreville

Des pourparlers sont en cours pour entreprendre la Phase 2 du projet

Étienne Hardy

©Lucie Charest

Étienne Hardy salue l’expertise acquise grâce aux projets de Fermes boréales au Témiscamingue.

Avec un an de retard sur l’échéancier initial, Olymel vient de faire connaître le lieu où sera aménagée sa 5e maternité porcine en sol témiscamien. Différentes considérations ont conduit au choix d’en construire une seconde à Fugèreville.

«Après avoir évalué différents sites, diverses possibilités, dans d’autres municipalités, Fugèreville s’est avéré l’endroit qui réunissait le mieux toutes les conditions gagnantes. La distance avec les maisons, les vents dominants, l’éloignement des cours d’eau, l’alimentation en électricité et aussi, la capacité des chemins pour le transport des camions lourds faisait partie des critères importants que nous devions rencontrer», a indiqué Étienne Hardy, directeur principal, Production porcine, Est du Canada, chez Olymel.

Emplacement et construction

La nouvelle maternité porcine de Fugèreville sera située sur le Chemin du Petit-Dix et créera une dizaine d’emplois à temps plein. L’entrepreneur Francis Roy de Lorrainville sera chargé de la construction qui devrait débuter au printemps 2020, une fois le processus complété auprès de la municipalité de Fugèreville.

«Il faut également obtenir le certificat du ministère de l’Environnement et du Développement durable du Québec, a précisé M. Hardy. La phase de construction devrait générer une trentaine d’emplois. La mise en opération de cette cinquième ferme est prévue pour janvier 2021.»

«Fugèreville s’est avéré l’endroit qui réunissait le mieux toutes les conditions gagnantes» - Étienne Hardy

Expertise

Selon Étienne Hardy, depuis 2016, le projet des Fermes Boréales a permis le développement d’une expertise unique en matière de production porcine, basée sur les plus hauts standards de production, de bien-être animal et de biosécurité dans le monde. «En plus de créer des emplois stables, l’activité des maternités porcines collectives vient renforcer le développement économique du Témiscamingue», a-t-il fait observer.

Phase 2

Avant même d’avoir complété la Phase 1, comprenant cinq maternités porcines, Olymel a entamé des discussions avec les municipalités du Témiscamingue afin de débuter la Phase 2 en 2021. Cette région présente des atouts indéniables en matière de biosécurité, en plus de profiter de l’expérience acquise depuis cinq ans avec l’implantation de la Phase 1 des Fermes Boréales.

La Phase 1 comprenait un ensemble de cinq fermes dont deux sont situées à Fugèreville et trois autres implantées respectivement à Béarn, Lorrainville et St-Eugène-de-Guigues.

Cette première phase a permis d’investir plus de 50 millions de dollars au Témiscamingue depuis 2016 et de créer une soixantaine d’emplois. Chaque ferme abrite 2360 truies qui permettent de produire environ 65 000 porcelets annuellement. Au total c’est une production annuelle de plus de 325 000 porcelets qui sont livrés chaque année à des producteurs du Québec partenaires des Fermes 2 Boréales, ce qui représente une source d’approvisionnement fiable et de qualité au bénéfice de la filière porcine.

Main d’œuvre étrangère

Chaque maternité porcine donne de l’emploi à 10 travailleurs. Présentement, six travailleurs guatémaltèques sont installés au Témiscamingue. Les Fermes boréales sont en démarches pour en accueillir d’autres sous peu.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média