Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Covid-19

Retour

20 mars 2020

Patrick Rodrigue - prodrigue@lexismedia.ca

COVID-19: les soins à domicile continueront à être administrés

Le CISSSAT minimisera cependant les déplacements du personnel soignant

Sante_vieux

©Archives - Le Citoyen Rouyn - La Sarre

Le CISSSAT veut miser sur les soins à domicile - de manière sécuritaire - afin de dégager des places supplémentaires dans les hôpitaux.

En dépit de la COVID-19, les soins à domicile continueront d’être administrés, particulièrement auprès des personnes âgées. Le CISSSAT limitera cependant les déplacements du personnel soignant aux services jugés essentiels.

«On est encore en mode préventif pour aplanir la courbe. Quand on examine ce qui se passe dans les autres pays, on sait qu’il y aura une hausse du nombre malades. C’est donc important de libérer dès maintenant le plus de places en milieu hospitalier en vue d’accueillir ces personnes», a indiqué André Tessier, directeur du programme soutien à l’autonomie des personnes âgées, lors d’un point de presse donné le 20 mars.

Maintien à domicile

Cette volonté passe notamment par le retour à domicile, le plus vite possible, des gens qui n’ont pas besoin de demeurer à l’hôpital pour leurs soins. «Notre objectif, c’est de réduire de 80 % le nombre de ces personnes», a précisé M. Tessier.

Cependant, dans l’optique de limiter la propagation de la COVID-19, la prestation de services sera modifiée afin de limiter les déplacements. Les services considérés essentiels, comme le soutien à l’administration des médicaments ou l’aide à manger, seront maintenus. Par contre, tout ce qui peut être réalisé à distance, par exemple la prise d’informations, se fera par téléphone ou par courriel.

«Nous demandons aussi aux familles qui aident leurs proches de poursuivre l’aide précieuse qu’ils nous donnent, mais de limiter leurs propres visites aux services essentiels de base et de reporter, pour le moment, les visites de socialisation. Et de faire preuve d’une hygiène des mains et d’une étiquette respiratoire exemplaires. C’est le secret» - André Tessier.

Si jamais un cas de COVID-19 devait se manifester chez une personne bénéficiant de soins à domicile, le CISSSAT assurera les soins de base avec les équipements de protection appropriés. Le malade, si son état le lui permet, demeurera chez lui, tout en respectant les consignes d’isolement.

CHSLD

Du côté des CHSLD, comme il s’agit d’une clientèle particulièrement vulnérable, l’enjeu demeure de limiter au maximum la circulation dans les établissements. «Nous sommes conscients que ça bouscule la vie de tout le monde, mais je tiens à souligner l’excellente collaboration des familles et des résidents», a mentionné M. Tessier.

Afin de réduire les risques de propagation du virus, toutes les activités de groupe ont été annulées. «On examine d’autres avenues, comme les activités individuelles de socialisation et de stimulation cognitives, a fait savoir André Tessier. S’il y a des enjeux particuliers, on ira au cas par cas.»

Par ailleurs, le CISSSAT devrait recevoir incessamment un guide de dépistage des cas de COVID-19 en CHSLD. Si un résident devait être testé positif, des dispositions particulières seront prises. «Ce n’est pas encore défini, mais ça pourrait passer par une unité d’isolement», a signalé M. Tessier.

Appel aux partenaires

Le CISSSAT a également invité ses partenaires, notamment dans le milieu communautaire, à ne pas interrompre leur aide, surtout en se basant sur de la désinformation ou une mauvaise interprétation de l’information disponible. «On a vraiment besoin de vous», a lancé André Tessier.

Du même souffle, il a invité les acteurs du milieu communautaire à respecter les mêmes règles de distanciation sociale et d’hygiène, en plus de revoir leur offre de services. «Par exemple, ce n’est peut-être pas le temps d’aller faire le ménage chez quelqu’un, a illustré M. Tessier. Cependant, il faut continuer à aider les gens à prendre leur médication. Sans quoi, leur état pourrait se dégrader et ils iraient alors à l’urgence. Et c’est ce qu’on veut le plus éviter en ce moment.»

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média