Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Covid-19

Retour

23 mars 2020

Patrick Rodrigue - prodrigue@lexismedia.ca

Quatre cas confirmés de COVID-19 dans la région

La DSPu-AT refuse d'identifier les endroits où les cas ont été identifiés

COVID-19

©archives - Le Citoyen Rouyn - La Sarre

Quatre cas de COVID-19 sont maintenant identifiés dans la région.

L'Abitibi-Témiscamingue compte désormais quatre cas de COVID-19. Les résultats ont été obtenus par le CISSSAT dans la journée du dimanche 22 mars. Toutefois, contrairement à ce qui se passe dans les autres régions, où la ville est précisée, la Direction régionale de santé publique refuse de donner l'endroit où les malades ont été identifiés.

En conférence de presse dans la matinée du 23 mars, la Dre Omobola Sobanjo, médecin conseil à la DSPu-AT, a confirmé que 4 cas avaient été identifiés dans la région dans la journée du dimanche 22 mars et que 46 personnes étaient en attente de résultats.

«Il est fort probable et normal que nous assistions à une hausse des cas confirmés au cours des prochains jours puisque les mesures de confinement de la population n’ont été mises en place que récemment et que nous effectuons davantage de dépistages», a-t-elle précisé.

«En ce moment, nous procédons à une quinzaine de dépistages par jour, alors que nous avons la capacité d’en faire une centaine. De plus, au besoin, nous pourrons augmenter la cadence», a ajouté la Dre Annie Léger, directrice des services professionnels au CISSSAT.

Pas de localisation

Alors que dans les autres régions du Québec, l’endroit où ont été identifiés les cas de COVID-19 est habituellement spécifié aux médias, la DSPu-AT a refusé de le faire, invoquant la confidentialité des dossiers médicaux.

«Comme nous vivons dans un petit milieu, ce serait très facile à quiconque de finir par savoir où ces personnes demeurent et c’est ce qu’on veut éviter, a expliqué la Dre Sobanjo. De plus, ce sont des cas qui ne sont pas hospitalisés, et les personnes qui ont été en contact étroit avec ces personnes ont toutes été contactées et invitées à prendre les mesures nécessaires.»

Cliniques de dépistage

La Dre Léger a par ailleurs rappelé que plusieurs cliniques de dépistage ont été déployées sur le territoire de l’Abitibi-Témiscamingue, tout en mentionnant que le CISSSAT ne comptait pas les publiciser ni donner leur localisation précise.

«Puisqu’elles ne fonctionnent que sur rendez-vous, on ne veut pas que les gens s’y précipitent massivement. Le test ne veut d’ailleurs rien dire si on ne présente pas déjà des symptômes, qui sont la fièvre, la toux et des difficultés respiratoires. De plus, ces cliniques pourraient être appelées à changer périodiquement de place en fonction des besoins», a-t-elle expliqué.

Quelqu’un qui a des doutes doit commencer par appeler au 1-877-644-4545. Après, s’il est jugé nécessaire que cette personne passe un test de dépistage, cette dernière doit contacter le 1-833-525-5858 pour prendre rendez-vous. Pour le moment, il n’est pas question d’ouvrir des cliniques sans rendez-vous.

Reporter les récalcitrants

Abordant les cas de personnes qui refuseraient encore de respecter les consignes de prudence relative à l’interdiction des rassemblements publics ou de la distanciation sociale, la Dre Omobola Sobanjo a rapporté que la DSPu-AT recevait des appels à cet effet chaque jour, mais que son service n’était pas celui qu’il faut contacter dans la plupart des cas.

«Nous avons des ressources limitées et nous ne pouvons simplement pas nous rendre chez chacun pour vérifier si cette personne respecte ou non les recommandations. Nous, ce qu’on peut faire, c’est intervenir chez une personne que nous avons déjà contactée et qui ne respecte pas les consignes. Dans ces cas-là – et seulement ceux-là – vous pouvez nous appeler. Pour les autres cas, communiquez avec la Sûreté du Québec, qui saura alors quelle intervention préconiser», a-t-elle invité.

Commentaires

23 mars 2020

Stéphanie

Je trouve sa stupide de pas dire la région

23 mars 2020

Claire Fleury

C'est tellement difficile de savoir à quel endroit aller pour ce faire tester ca n'a aucun maudit bon sens. J'ai des connaissances qui ont des symptômes et ils sont garocher de tout bord tout côté...Bravo!!

23 mars 2020

Alain Gauthier

je trouve ca plate de ne pas vouloir nous dire ou son les cas découvert. Question de sécurité

23 mars 2020

Linda perron

Partout ils ont droit a info ici Dr Sobanjo infantilise la population et les employes des hopitaux en cachant les vrai choses .En un moment comme on vient le lien de confiance est tres important c est pas la region qui va gagner un prix pour avoir gerer la crise car les gens se sont senti empargner pendant des jours alors que ce n etait pas le cas en esperant qu on va passer a travers cela avec peu de mort. Les personnes qui ont des problemes de santes auraient peut etre souhaiter d etre un peu plus respecter.

23 mars 2020

Simone Lessard

Pour le moment nous sommes en isolement pour 14 jrs, après allons-nous pouvoir commencer à vaquer à nos activités pour aller à l'épicerie ou si nous allons être encore confiner à la maison (70+), si la rumeur de 4 cas en région est véridique, nous allons surement être encore en isolement,

23 mars 2020

Brigitte Potvin

Vous nous demandez d'être prudent mais vous nous dises pas où sont les cas . Désolé mais c'est pas fort car s'ils sont à val d'or on va savoir de redoubler de prudence à val d'or. On demande pas de dire c'est qui mais seulement l'endroit

23 mars 2020

Claire Paradis

oui les 70 ans et plus peuvent faire des petite marches et prendre de l'air, mais de grâce pour votre épicerie et les autre endroits publiques, faites livrer comme la consignes le demande par simples précautions, ainsi vous , vous épargnés de le contacter en protégeant aussi les autres!!!!!!! reste à la maison !!!

23 mars 2020

MONIC GAGNON

ont veut pas les noms ont veut savoir les villes svp

23 mars 2020

Micheline Renaud

Qu’est-ce que ça change de savoir l’endroit? Il faut agir comme si c’était près de chez soi. Et non, il ne faut pas sortir si on a 70 ans et plus, sauf pour prendre l’air en respectant les distances. Arrêtons de chialer et laissons travailler les experts. Il y en a qui risque leur vie pour nous.

23 mars 2020

Muerielle Angers-Turpin

Petit milieu, grande région!!!

23 mars 2020

pas compliqué

aye c'est pas compliqué gang !!!! on fait attention PARTOUT PARTOUT PARTOUT ... c'est quoi qui est difficile à comprendre CRISSE ... on est tout le monde en isolation ... on va a l'épicerie au besoin seulement, 1 personne (pas toute la gang) et on se fréquente pas ... on fait nos sauvages chez nous ... une fois que tout le monde aura compris ça .... plus vite on pourra retourver nos vies

23 mars 2020

Pandemic COVID19

NON mais incapable de dire quel cas sont dans quel ville? très intelligent le monde savent même pas dans quel ville qu'ils doivent se méfier... c'est pas comme si c'était 100 cas on parlent de 4 cas...

23 mars 2020

Carole Mc Donell

J aurais aimée savoir ,vous dites des voyageurs ,est ce qu ils arrivaient d un avion , de leur auto personnel. ou autobus voyageur.

24 mars 2020

Jeannette Audet

L'important, c'est de respecter les consignes pour éviter la contagions. Les personnes qui ne respectent pas les consignes doivent être dénoncé. Ce sont des personnes inconscientes du danger qu'elles font subir aux autres. Ne pas oublier de remercier ceux qui travaillent pour nous et qui risquent leur vie.

24 mars 2020

olivier tremblay

C'est exactement sa Micheline !

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média