Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Covid-19

Retour

26 mars 2020

Dominic Chamberland - dchamberland@lexismedia.ca

Pas de pause pour les centres jeunesse

Centres jeunesse

©Photo Le Citoyen - Dominic Chamberland

Les deux centres jeunesse de l'Abitibi-Témiscamingue ne peuvent évidemment pas prendre de pause durant la lutte à la pandémie de Coronavirus.

D’autant plus qu’avec la fermeture des écoles et la suspension des contacts directs parents/enfants par mesure préventive, les 95 jeunes présentement hébergés à L’Étape de Val-d’Or ou à la Maison Rouyn-Noranda sont là du matin au soir, ce qui demande certains ajustements.

«Ça change au quotidien et nous effectuons des évaluations pour bien répondre aux besoins des enfants. On travaille le plus possible avec les parents, on essaie de traiter les différentes situations une à une», indique Donald Vallières, directeur régional de la DPJ (Direction de la protection de la jeunesse).

«La vie de groupe, ça nous connaît; nous sommes un peu comme dans un contexte de temps des Fêtes ou de vacances d’été, reprend Marie-Claude Duval, adjointe à la direction régionale des programmes jeunesse de la DPJ.

«Les parents collaborent bien, mais nos plus petits comprennent moins la situation et s’ennuient de leurs parents. La grosse différence, c’est qu’on ne peut plus sortir (à l’extérieur des centres). On profite encore des grands espaces extérieurs des centres, mais on est plus limités en activités, puisque nous devons les faire en sous-groupes, fait remarquer Mme Duval. Et pour éviter la proximité entre les personnes, par exemple, on les place deux par table seulement et à un siège de distance lors des repas.»

Mesures préventives

Advenant que de nouveaux jeunes doivent être admis dans un centre jeunesse en ce temps de pandémie, des mesures sont appliquées pour éviter une possible contagion du Coronavirus à l’intérieur de l’établissement. Ces jeunes seront ainsi placés dans un lieu désigné, en isolement préventif. «Et si un cas d’infection survient, nous avons prévu des sites d’isolement de jeunes contaminés, avec peu de possibilités de circulation», explique Marie-Claude Duval.

Donald Vallières se dit heureux de la réaction d’un peu tout le monde malgré le contexte difficile qui prévaut actuellement. «Les gens comprennent la situation et le message passe bien à savoir que les mesures prises visent à permettre à tout le monde de rester en bonne santé», fait-il valoir.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média