Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Économique

Retour

06 avril 2020

Martin Guindon - mguindon@lexismedia.ca

Boréalait poursuit sur son élan

Tout en se souciant de l’environnement

Boréalait lait enfants

©gracieuseté

Les bouteilles de lait de Boréalait sont consignées et réutilisées, réduisant ainsi l’empreinte écologique de l’entreprise agroalimentaire.

Plus d’un an s’est écoulé depuis l’ouverture de Boréalait à Saint-Félix-de-Dalquier, et l’entreprise poursuit sur son élan. Elle couvre dorénavant l’ensemble de la région avec ses produits, tout en conservant une préoccupation pour l’environnement.

 

Les propriétaires Evelyne Rancourt et Benoit Larochelle ont fêté le premier anniversaire de l’entrée en production de Boréalait en février. En dépit de la pandémie de COVID-19, l’entreprise continue de produire du lait entier pasteurisé, mais non homogénéisé, du yogourt artisanal et du fromage à partir du lait des vaches Jersey de leur élevage. Ses produits ont gagné le cœur de nombreux consommateurs à travers plus de 40 points de services, allant de Laverlochère jusqu’à Matagami

Pour la confection de leurs produits, les artisans de Boréalait impliquent directement plusieurs producteurs régionaux. Par exemple, le miel de la Miellerie de la Grande Ourse, le sirop d’érable de Tem Sucre, les tartinades aux fraises et aux framboises de La Fraisonnée et les bleuets des cueilleurs locaux sont utilisés pour fabriquer leurs variétés de yogourt artisanal.«Pour nous, c’est très important. On étudie la possibilité de développer de nouvelles saveurs avec d’autres producteurs de la région. Depuis décembre, on produit aussi un fromage en grains au BBQ avec les épices de la Boucherie des Praz à Rouyn-Noranda. Ça faisait longtemps qu’on se faisait demander du fromage avec des saveurs. À un moment donné, on a eu un flash, qu’on pourrait utiliser les épices BBQ des Praz. Et ça donne quelque chose de vraiment bon», souligne fièrement Evelyne Rancourt, qui a aussi lancé un fromage en grains aux fines herbes.

Boréalait fromage grains

©gracieuseté

Boréalait a mis en marché deux nouveaux fromages en grain en décembre, l’un aux fines herbes et l’autre aux épices BBQ de la Boucherie des Praz.

30 000 bouteilles réutilisées

Boréalait se préoccupe également de l’environnement. D’abord, les Jersey ont une empreinte carbone inférieure aux autres races de vaches laitières. Ensuite, le lait est embouteillé dans des contenants en verre consignés. En un an, quelque 50 000 bouteilles ont été mises en circulation, mais 30 000 d’entre elles ont été réutilisées. «C’est énorme pour une petite entreprise comme la nôtre. On embouteille environ 1000 bouteilles par semaine, mais là-dessus, il y en a entre 150 et 200 qui sont de nouvelles bouteilles», fait valoir Evelyne Rancourt.

Toutefois, en raison de la crise liée à la pandémie, les détaillants n’acceptent plus de récupérer les bouteilles en consigne. Seule Boréalait les reprend toujours à sa boutique de Saint-Félix. Il suffit de les conserver d’ici à ce que la situation se résorbe. Elle pourrait entre-temps se tourner exceptionnellement vers des contenants de plastique si elle manque de contenants de verre. C’est aussi pourquoi elle offre des contenants de 5 litres sur réservation.

L’entreprise agroalimentaire réutilise aussi les pots de yogourt en verre. «Ici, on les rachète 50 sous. Alors, si les gens nous ramènent 10 pots, ils repartent avec un yogourt gratuit. Tout ce qu’on demande, c’est de les laver et de retirer les étiquettes. Certains de nos détaillants acceptent aussi les retours», précise-t-elle.

Pas de portions individuelles

Boréalait a aussi abandonné son projet de produire des portions individualisées de yogourt dans des pots de plastique. La subvention du ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation pour ce projet servira plutôt à autre chose.

«On s’est rendu compte avec les commentaires des gens que ce n’était peut-être pas une si bonne idée que ça, que ça allait à l’encontre de nos valeurs et de tout ce qu’on avait préconisé jusqu’à maintenant. Avec l’accord du Ministère, au lieu de commander cet équipement en Europe, on a plutôt fait faire un petit pasteurisateur, qui servira aussi de cuve de mélange, par une entreprise québécoise. Il va faciliter la production de nos yogourts avec saveurs. Il va aussi mettre les couvercles et les étiquettes sur nos pots de verre de yogourt. Ça va beaucoup nous aider ici. Ç’a l’air niaiseux, mais serrer de 800 à 1000 couvercles à la main, c’est vraiment éprouvant», explique Evelyne Rancourt.

«Ce sont 30 000 bouteilles de verre qui ont été détournées de l’enfouissement ou de la récupération» - Evelyne Rancourt

Lait au chocolat et fromage

Le nouvel équipement qui sera livré en mai permettra aussi à Boréalait d’enfin se lancer dans la production de lait au chocolat. «Ça fait longtemps qu’on en parle. Le plus petit pasteurisateur que l’on fait faire pourra servir à ça. On ne pense pas en faire autant que le lait nature, alors ça nous prenait une plus petite cuve. Donc, ça s’en vient pour 2020, c’est sûr», affirme Evelyne Rancourt. Parmi les autres nouveaux produits qu’aimerait lancer l’entreprise cette année, on retrouve un fromage fin triple crème de type Brillat-Savarin. «On voit ça en France. C’est un fromage très fragile, qui a une durée de vie très courte, qui prend environ dix jours à sortir. On ajoute de la crème dedans, c’est fondant… c’est comme une tartinade», indique Mme Rancourt, qui fait aussi vieillir du cheddar pour des occasions comme Pâques et Noël.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média