Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Covid-19

Retour

06 avril 2020

Patrick Rodrigue - prodrigue@lexismedia.ca

Plus d’un malade sur quatre actuellement rétabli

La vigilance ne doit toutefois pas être relâchée, bien au contraire, alors que le virus se transmet désormais de façon communautaire

Caroline Roy

©Lucie Charest - Le Citoyen Rouyn - La Sarre

Caroline Roy a de nouveau invité les gens à demeurer chez eux autant que possible et à éviter les rassemblements extérieurs et intérieurs, dont les grandes réunions de famille et même les soupers entre amis.

Alors que la région a franchi le cap des 100 cas de COVID-19, avec 101 personnes infectées, une deuxième MRC, après Rouyn-Noranda, a dépassé les cinq cas, soit le Témiscamingue, qui en compte à présent sept.

Sur une note encourageante, 28 des 101 personnes ayant contracté le virus à ce jour sont désormais considérées comme rétablies. Cela veut dire qu’en date du 6 avril 73 personnes combattaient activement la COVID-19. Un 6e travailleur de la santé a par ailleurs été infecté, trois personnes étaient hospitalisées, alors qu’aucun nouveau décès lié au virus n’est venu s’ajouter aux deux déjà répertoriés.

«Pour le moment, on ne peut pas donner le nombre exact de cas dans la MRC de Rouyn-Noranda puisque, comme il y en a moins de cinq dans trois des cinq MRC de la région, cela permettrait de déduire le nombre dans celles-ci, a expliqué Caroline Roy, PDG du CISSSAT.

Le nombre de cas au Bleu Horizon de Rouyn-Noranda, considéré comme un foyer d’infection, est passé de 13 à 15 en l’espace de 24 heures. Des conditions d’isolement sévères, dont l’interdiction de sortir de son logement et de participer à des repas communs, ont été mises en place, tandis que le CISSSAT assurera auprès du personnel et des résidents un soutien psychologique particulier.

Transmission communautaire

Si le nombre de cas en Abitibi-Témiscamingue a cru de manière importante au cours des derniers jours, c’est que depuis le 30 mars, dès qu’un cas est confirmé dans une unité familiale et qu’une autre personne commence à présenter des symptômes qui s’apparentent à la COVID-19, elle est considérée de facto comme ayant contracté le virus.

«Par ailleurs, a enchaîné Mme Roy, si la majorité des nouveaux cas étaient des personnes qui avaient été placées en isolement par mesure de précaution, quelques-uns sont de transmission inconnue. Cela confirme donc qu’à présent, il y a transmission communautaire.»

«N’importe qui que l’on croise peut désormais porter le virus, peut-être même sans le savoir. Alors, nous invitons la population à ne pas ostraciser les personnes malades» - Caroline Roy

Oubliez les grands soupers de famille à Pâques

À cet égard, la PDG du CISSSAT a déploré le fait qu’il y ait encore des rassemblements extérieurs et intérieurs à travers la région. «On parle notamment de réunions de famille. Il faut réellement les éviter en ce moment. Et comme la transmission est maintenant communautaire, il est plus important que jamais de rester chez soi autant que possible et de respecter les consignes de distanciation sociale et de lavage des mains», a-t-elle rappelé.

Pénuries et hébergement

Au chapitre des médicaments, la Dre Annie Léger, directrice des services professionnels au CISSSAT, a assuré que la région n’était pas en situation de pénurie, particulièrement en ce qui a trait aux sédatifs et aux produits destinés à faciliter la ventilation.

Le CISSSAT a également conclu des ententes avec des établissements hôteliers pour accueillir des travailleurs et des malades qui ne présentent pas de symptômes de COVID-19. Le Cégep de l’Abitibi-Témiscamingue a également été mis à contribution, alors la résidence des garçons du campus de Rouyn-Noranda a été réquisitionnée pour les mêmes raisons.

Quant aux équipements de protection individuels, Patrick Thiffault, coordonnateur des mesures d’urgence, a indiqué que la région disposait d’une réserve de sept à dix jours avant la prochaine commande du gouvernement. «Nous continuons également à recevoir des dons en provenance des commerces, de l’industrie, des mines et, à présent, du secteur agricole», a-t-il précisé.

Commentaires

7 avril 2020

Lucie Rochette

Juste un mot pour féliciter Caroline car c'est une grosse barque à gérer en plus de tout ce qu'elle vit au niveau personnel. Courage ma belle, lâche pas. xoxo

7 avril 2020

Annie

Bonjour et félicitations à madame Caroline Roy, Aujourd’hui, j’ai cherché à connaître le temps autre du 14 jours de quarantaine obligatoire d’une personne qui a le covid-19 à rester chez elle même si la personne dit d’être mieux. Lui refait-on une vérification pour s’assurer qu’elle n’a plus le virus? Et est-ce qu’il est préférable que cette personne reste un certain temps sans ce présenter soit à l’épicerie ou soit dans un autre magasin. Car je trouve cela extrêmement important autant pour cette personne que nous. Il n’y a pas d’étiquette sur la personne qui est inscrit...j’ai survécu au covid-19...et je sais bien que c’est correct. Je pose cette question parce qu’il est important pour nous de ce protéger. Merci beaucoup!

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média