Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Covid-19

Retour

10 avril 2020

Patrick Rodrigue - prodrigue@lexismedia.ca

Confinement sanitaire: les courtiers font preuve d’astuce

Visites virtuelles, vidéos, signatures électroniques, le marché immobilier survit à la crise

Jean_Limoges

©Jarmila Guivarch Photographe - Le Citoyen Rouyn - La Sarre

Comme le mentionne Jean Limoges, même s’ils ne sont pas autorisés à effectuer de visites de maisons et que leurs bureaux sont fermés, les courtiers en immobilier de la région rivalisent d’originalité et d’astuce afin de passer à travers la crise.

En dépit de la crise sanitaire liée à la COVID-19, les courtiers en immobilier de la région arrivent encore à tirer leur épingle du jeu en jouant d’originalité et d’astuce.

Depuis l’imposition des mesures de confinement et de distanciation sociale, les agences immobilières ont fermé temporairement leurs bureaux et les courtiers ne sont plus autorisés à effectuer de visites de domiciles, et ce, même si ceux-ci sont vides. Cela n’empêche pas quelques transactions d’avoir lieu, bien que le marché tourne actuellement au ralenti.

«On joue d’originalité et d’astuce, a mentionné Jean Limoges, président de Royal LePage Limoges. On s’arrange donc avec les propriétaires pour, par exemple, proposer des visites virtuelles avec la caméra d’un téléphone. Cela offre l’avantage que le vendeur et l’acheteur potentiel peuvent discuter pendant la ʺvisiteʺ. Nous avons aussi quelques propriétaires qui nous ont préparé des vidéos, qu’on met alors sur notre site.»

Au cours des dernières semaines, Royal LePage Limoges a ainsi enregistré quelques transactions qui se sont conclues par de telles visites virtuelles. «Il y a deux ans, nous avons commencé à utiliser les signatures électroniques. Disons que c’est très pratique en ce moment», a signalé M. Limoges.

Restrictions

Au début d’avril, les courtiers ont été autorisés par Québec à pouvoir mettre de nouvelles propriétés en vente. Les visites sur place demeurent cependant interdites. «On doit alors inscrire ʺsous réserve de vérification des informationsʺ puisque nous ne pouvons nous-mêmes nous rendre sur place afin de prendre des photos ainsi que les mesures de chaque pièce», a précisé Jean Limoges.

Quant aux transactions qui avaient été conclues avant la crise, le courtier a indiqué que les gens sont autorisés à procéder aux déménagements, mais avec des restrictions. «Comme le recours à une autre personne pour aider à déplacer les meubles sera considéré comme un rassemblement illégal, il faut faire affaire avec des déménageurs. Certains ont été accrédités pour ça», a-t-il évoqué.

Pas un bon moment

Le confinement n’est d’ailleurs pas tombé à un bon moment pour les courtiers en immobilier, puisque la fin de l’hiver et le début du printemps sont habituellement une période intense en matière de transactions. Jean Limoges aborde cependant le problème avec philosophie.

«On ne peut pas faire de visites en ce moment, mais on sait très bien qu’elles vont s’enchaîner à un rythme fou quand les mesures de confinement seront levées ou allégées. La machine tourne au ralenti, mais on travaille fort dans le moteur pour être prêts à relancer tout ça quand on va avoir le feu vert», a-t-il lancé.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média