Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Justice

Retour

15 avril 2020

Dominic Chamberland - dchamberland@lexismedia.ca

Deux dossiers de meurtre remis en septembre

Justice

©Photo - Archives

Deux dossiers de meurtre qui suivent présentement leur cours en Abitibi – ceux de Stéphane Morin et de Pascal Cadieux – ont récemment été remis au 9 septembre prochain, soit à l’ouverture des assises.

La prochaine comparution de Morin, prévue au palais de justice de Val-d’Or devant le juge Raymond W. Pronovost, de la Cour supérieure, pourrait en principe servir à déterminer le lieu et les dates de son procès, lequel devrait durer plusieurs jours, voire quelques semaines.

Lors de sa comparution précédente, le 3 décembre dernier, les avocats au dossier (Me Véronic Picard pour le ministère public et Me Martin Latour pour la défense) avaient indiqué prévoir trois journées de débat sur l’admissibilité en preuve de certaines déclarations de l’individu de Val-d’Or aux enquêteurs.

Stéphane Morin, bientôt 57 ans, est détenu depuis son arrestation, en septembre 2018, relativement à la mort de Serge Paré, 61 ans, lui aussi de Val-d’Or, dont le corps avait été découvert dans un camp de chasse du lac Opawica, près de Desmaraisville, au nord de Lebel-sur-Quévillon.

Rappelons que Morin a été formellement cité à procès pour meurtre prémédité, la plus grave accusation du Code criminel, à la suite de son enquête préliminaire, en mai 2019. S’il est reconnu coupable de cette accusation, le suspect écopera de la peine automatique de l’emprisonnement à vie, sans possibilité de libération conditionnelle avant au moins 25 ans de détention.

Cadieux va-t-il plaider coupable?

De son côté, Pascal Cadieux, de Barraute, doit aussi revenir devant le tribunal le 9 septembre, au palais de justice d’Amos dans son cas, pour la suite des procédures judiciaires. L’individu de 46 ans est accusé de meurtre non prémédité à l’endroit de Michel Mingo, 62 ans, trouvé sans vie le 13 juillet 2019 dans le secteur du chemin du Lac Fiedmont, à Barraute.

Cadieux a indiqué qu’il souhaitait plaider coupable et qu’il ne voulait pas subir d’enquête préliminaire, sauf que la Couronne estime que l’homme peut changer d’avis à tout moment et vouloir un procès. Rappelons qu’en août dernier, l’accusé a été déclaré apte à poursuivre les procédures judiciaires, ceci après avoir subi une évaluation psychiatrique à l’Institut Pinel de Montréal.

S’il devait être trouvé coupable de meurtre non prémédité, Pascal Cadieux écoperait automatiquement d’une peine de prison à vie, sans possibilité de pouvoir demander de libération conditionnelle avant au moins 10 ans de détention.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média