Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Covid-19

Retour

07 mai 2020

Martin Guindon - mguindon@lexismedia.ca

Deux autres membres du personnel de santé infectés

La région compte 152 cas confirmés de COVID-19

COVID sante personnel infirmiere

©Depositphotos

La région compte deux nouveaux cas confirmés de COVID-19, portant le total à ce jour à 152. Il s’agit de membres du personnel de la santé.

C’est ce qu’a laissé savoir Dre Omobola Sobanjo, médecin spécialiste en santé publique, lors du point de presse hebdomadaire du CISSS de l’Abitibi-Témiscamingue, le 7 mai. Rouyn-Noranda compte plus de 120 cas, la MRC Témiscamingue 16 et la MRC Abitibi-Ouest 8. On dénombre toujours moins de cinq cas dans les MRC Abitibi et Vallée-de-l’Or.

En revanche, 145 personnes sont rétablies, soit le même nombre que la veille, et la région déplore toujours 3 décès, ce qui signifie qu’il y a présentement quatre cas actifs dans la région. Deux de ceux-ci sont hospitalisés, mais ne requièrent pas de soins intensifs. On a aussi précisé qu’à ce jour, 23 personnes avaient été hospitalisées à un moment où un autre de la pandémie, mais pas toujours dans la région.

Du personnel de santé

Dre Sobanjo a pris soin de préciser que le 150e cas confirmé le 6 mai n’était pas un membre du personnel de la santé. «C’était quelqu’un qui se trouvait dans une autre région et qui a été déclaré en rétrospective», a-t-elle d’abord indiqué. Plus tard, elle a ajouté que l’un des cas confirmés l’était depuis un moment, mais qu’il n’avait jamais été attribué à aucune région. Finalement, c’est une personne du Témiscamingue.

Toutefois, les deux nouveaux cas confirmés aujourd’hui sont des membres du personnel du réseau de la santé, ce qui porte leur nombre à 18 travailleurs infectés par la COVID-19 depuis le début de la pandémie. Il n’est toutefois pas clair dans quel contexte ils ont été contaminés.

Suivre les consignes

Dre Sobanjo a souligné que les trois nouveaux cas des deux derniers jours n’avaient pas tous été exposés au virus à l’extérieur de la région, certains y ont été exposés ici. «Pour le moment, tout laisse croire qu’il y a eu transmission communautaire, parce qu’on ne peut pas faire de lien direct avec un cas confirmé, on en ignore donc la source», a-t-elle précisé.

D’où l’importance selon elle de continuer à suivre les consignes de la santé publique, soit la distanciation physique et le lavage fréquent des mains. «On sait ce qu’on peut faire pour diminuer le risque. Il y aura des cas dans la région, mais c’est important dans tout ce qu’on fait, au travail et dans nos vies personnelles, de respecter les consignes. Si on prend les mesures de santé publique et qu’on ne se promène pas près de quelqu’un, le risque de contracter la maladie est très faible. Il ne faut pas perdre cette habitude et qu’on l’intègre à notre quotidien, parce que ça va être notre quotidien dans le prochain mois», a-t-elle fait valoir.

Travailleurs infectés à Montréal?

Au cours des 24 dernières heures, ICI Abitibi-Témiscamingue a fait état de deux travailleurs de la santé qui auraient contracté la COVID-19 en allant prêter main-forte à leurs collègues de Montréal, mais le CISSS n’a pas encore confirmé cette information. On ne sait pas non plus si ces deux cas apparaissent dans le bilan actuel. Toutefois, le CISSS a assuré que ses travailleurs disposaient de conditions sécuritaires quand ils vont à l’extérieur de la région.

«Nous avions 12 travailleurs ce week-end dans un site non traditionnel à la Place Dupuis de Montréal. Ils travaillent dans des zones chaudes et tièdes, donc avec des cas confirmés ou suspectés d’avoir la COVID-19 auprès d’une clientèle de type CHSLD. On s’assure que l’ensemble des mesures, entre autres au niveau de la prévention et du contrôle des infections, ainsi que le port des équipements de protection individuelle, est réellement respecté de façon très stricte pour protéger nos travailleurs. On parle d’une dizaine de travailleurs, alors c’est facile de valider directement auprès de chacun d’eux et auprès des responsables des lieux où ils sont déployés», a notamment assuré Caroline Roy, présidente-directrice générale du CISSS de l’Abitibi-Témiscamingue.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média