Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Hockey

Retour

15 mai 2020

Dominic Chamberland - dchamberland@lexismedia.ca

Accident tragique de Michel Brière: 50 ans aujourd’hui

Michel Brière

©Photo: Archives

La bannière à l'effigie de Michel Brière, dans l'aréna qui porte son nom à Malartic.

Il y a de ces anniversaires qu’on n’a pas le goût de célébrer mais dont il serait difficile d’oublier.

Il y a donc 50 ans jour pour jour en ce vendredi 15 mai, le hockeyeur bien connu Michel Brière subissait le tragique accident de la route qui allait l’emporter 11 mois plus tard, après un long coma et quatre opérations pour tenter, en vain, de le guérir de ses blessures au cerveau.

Au moment de cet accident survenu près de Val-d’Or, l’athlète de Malartic était âgé de 20 ans, père d’un garçon d’un an (Martin), il devait se marier quelques semaines plus tard et venait de compléter sa saison recrue dans la Ligue nationale de hockey avec les Penguins de Pittsburgh, qui l’avaient réclamé au 26e rang au repêchage de 1969 après une dernière campagne junior de 75 buts et 161 points dans l’uniforme des Bruins de Shawinigan.

Brière, un petit joueur de centre de 5’10’’, était de toute évidence voué à une belle carrière professionnelle, ayant inscrit 12 buts, 32 passes (un sommet dans l’équipe) et 44 points en 76 matchs en saison régulière, avant de connaître de grosses séries éliminatoires avec 5 buts et 8 points en 10 rencontres, lors de sa première et seule année dans la LNH, en 1969-70.

Numéro retiré

Évoluant notamment avec Jean Pronovost (entraîneur-chef des Huskies de Rouyn-Noranda de 1998 à 2001) et Glen Sather (qui allait collectionner les coupes Stanley aux commandes des Oilers d’Edmonton dans les années 80), Michel Brière conclut le calendrier régulier au 3e rang des marqueurs des Penguins, pour ensuite être le meilleur compteur de l’équipe en séries.

Ses performances lui vaudront d’ailleurs le titre de recrue de l’année chez les Penguins de Pittsburgh. Dans cet élan, on remet le trophée Michel-Brière à la recrue par excellence des Penguins depuis 1971 et au joueur le plus utile de la LHJMQ depuis 1972.

Après l’Abitibien, jamais personne n’a porté le #21 chez les Penguins de Pittsburgh, qui ont officiellement retiré son chandail en janvier 2001 lors d’une cérémonie précédant un match contre le Canadien de Montréal. Sauf erreur, Michel Brière se veut l’un des deux seuls joueurs de l’histoire des Penguins à avoir reçu pareil honneur, l’autre étant Mario Lemieux.

Honoré à Malartic

Plus récemment, en mars 2018, Michel Brière a eu droit à un vibrant hommage posthume lors de l’inauguration de l’aréna rénové qui porte son nom à Malartic. Son fils Martin, un architecte qui a lui-même été impliqué dans le projet de rénovation du Centre Michel-Brière, était au centre de cet hommage en compagnie des membres de la famille de son célèbre père qu’il n’a pas eu la chance de connaître.

«C’est venu chercher beaucoup d’émotions et c’est toujours comme ça, même après tant d’années, avait alors mentionné Martin Brière lors d’une entrevue au Citoyen. Lorsque j’ai vu la bannière, j’ai ressenti de la fierté. On peut tous être fiers de la réussite de ce projet.»

De son côté, la Ville de Malartic a donné encore plus de valeur à cet hommage en refusant catégoriquement de vendre le nom de l’aréna à une compagnie, question de préserver le nom de Michel Brière. «C’était impensable. Michel Brière, c’est notre histoire et notre identité», avait déclaré le maire Martin Ferron.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média