Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Santé

Retour

20 mai 2020

Martin Guindon - mguindon@lexismedia.ca

«Sans Jos, l’hôpital d’Amos ne serait pas le même»

Le Dr Joseph-Adrien Letendre laisse tout un héritage

Dr Joseph-Adrien Letendre

©Archives/Martin Guindon - Le Citoyen Rouyn - La Sarre

Joseph-Adrien Letendre avec la plaque qui souligne qu'il a fondé le département d'orthopédie à Amos, lors de la fête du 50e en 2015.

Le père de l’orthopédie en Abitibi-Témiscamingue, le Dr Joseph-Adrien Letendre, est décédé le 15 mai à la Maison du Bouleau Blanc à l'âge de 87 ans. Il laisse toutefois tout un héritage à ses concitoyens, ayant largement contribué au développement de l’hôpital d’Amos.

Fils de cultivateur né à Ste-Rose-de-Poularies, le Dr Letendre a fait ses études en médecine à l’Université Laval, puis sa spécialisation en orthopédie à l’Hôtel-Dieu de Québec avec le réputé Dr Louis-Philippe Roy. En 1964-1965, il a vécu en Europe avec sa famille, visitant des centres d’orthopédie d’envergure. Puis, il est venu s’établir à Amos avec la volonté d’offrir à la région des soins à la hauteur des grands centres.

Il a fondé le département d’orthopédie dès son arrivée en 1965. Il l’a développé seul jusqu’en 1970, année où il est parvenu à convaincre un jeune Robert Adam de venir le rejoindre. «C’était mon mentor. On s’est connus quand on était étudiants. À ma quatrième année de médecine, il achevait sa résidence et j’allais souvent l’assister. Ça m’a donné le goût de l’orthopédie. Il revenait toutes les années pour rencontrer les résidents à l’Hôtel-Dieu afin d’essayer de les emmener à Amos. Il était vendu à l’hôpital d’Amos. Il voulait que ça devienne gros et il aura réussi. C’était un médecin avec un bon sens clinique et un bon organisateur. Si Jos n’était pas venu s’installer à Amos, l’hôpital n’aurait pas été le même», estime le Dr Adam, qui fut son associé pendant 19 ans.

Accueillant et reconnaissant

Avec son épouse Raymonde, décédée le 26 mars dernier, le Dr Letendre a joué un rôle crucial dans le recrutement de nombreux médecins, favorisant l’implantation de plusieurs spécialités et services complémentaires qui ont notamment mené à la reconnaissance de l’hôpital comme centre régional de traumatologie en 1993. Pendant de nombreuses années, ils ont reçu à la maison familiale les médecins en démarches de recrutement, leur faisant bien sentir l’esprit cordial et chaleureux qui régnait au sein de la communauté médicale amossoise.

Raymonde Jos Letendre

©gracieuseté

Raymonde et Joseph-Adrien Letendre

Jos Letendre Sébastien D'Astous passerelle

©Archives/Martin Guindon - Le Citoyen Rouyn - La Sarre

Dr Joseph-Adrien Letendre était bien fier de voir son projet de passerelle se réaliser. On le voit ici avec le maire Sébastien D'Astous, lors de la première pelletée de terre.

«Je me souviens aussi qu’en 1980, les spécialistes étaient rares et personne ne voulait venir dans les régions. Il avait appris que des Iraniens arrivaient au Canada. Il a quasiment tordu le bras du registraire du Collège des médecins, Augustin Roy, pour obtenir des permis temporaires pour trois spécialistes, dont le Dr Bassiri, un excellent orthopédiste», raconte le Dr Robert Adam.

Le Dr Letendre s’est aussi voué au développement de la Fondation hospitalière d’Amos, dont il est membre émérite. «Il a été impliqué dès les débuts et a été président d’honneur pendant une vingtaine d’années. Il trouvait très important de reconnaître les donateurs de façon particulière. Le tableau d’honneur à l’hôpital, c’est lui. Il organisait aussi nos soirées reconnaissances», fait valoir le vice-président François Dion.

Développer la ville

Le Dr Joseph-Adrien Letendre s’est aussi consacré au développement de sa ville. «Quand je suis arrivé à Amos après mes études dans les années 1970, il faisait partie d’un conseil municipal (1970-1973) formé de jeunes professionnels qui ont travaillé à moderniser la ville sous le maire Jean-Hugues Boutin. Ensuite, je l’ai vu de tous les combats pour essayer d’améliorer la qualité de vie des gens. Il avait un attachement au patrimoine et aux arts visuels», se souvient Léopold Noël.

Il rêvait déjà d’une passerelle piétonnière reliant les deux rives de l’Harricana à la hauteur des rapides dans les années 1970. Il fut l’un des ardents promoteurs de ce projet, qui avait fini par trouver l’oreille intéressée du maire Ulrick Chérubin. «En plus d’être un bon docteur, c’était aussi un bon citoyen», souligne le Dr Adam.

Arts et culture

Véritable mécène des arts et de la culture, il a été président de l’Orchestre symphonique régional (1988-1991), directeur de la Société d’art lyrique (1994) et président de la Corporation du Vieux-Palais. Il a reçu le Prix reconnaissance Thérèse-Pagé en 2008.

Il s’est aussi découvert une passion pour la sculpture lors d’une année sabbatique dans un centre orthopédique à Oxford, en Angleterre, en 1976-1977. Il a réalisé pas moins d’une soixantaine de bustes en bronze, en plâtre et en ciment fondu, dont une collection de 21 premiers ministres qui a traversé le pays et qui témoigne de son grand attachement pour le Canada. Fervent fédéraliste, il a été reçu membre de l’Ordre du Canada en 2000.

«Nous avons eu mon épouse et moi une vie bien remplie, heureuse et pas banale. Comme elle me le disait tôt le matin où nous marchions ensemble main dans la main dans la rue Hyde Street à Oxford dans une atmosphère moyenâgeuse, mais combien romantique: nous avons fait notre possible et la société nous l'a bien rendu», avait déclaré le Dr Letendre, ému, lors du vibrant hommage qui lui avait été fait pour les 50 ans du département d’orthopédie en 2015.

Avec son épouse, il a eu quatre enfants, neuf petits-enfants et un arrière-petit-fils.

 

Une grande générosité

Le Dr Joseph-Adrien Letendre était reconnu pour sa grande générosité. Dr Robert Adam se souvient qu’il avait signé pour qu’il puisse s’acheter sa première voiture, en 1970. Il avait aussi endossé une employée du département de radiologie pour son premier véhicule. Léopold Noël se souvient qu’il ait dépêché le peintre qui travaillait à sa maison pour aider les bénévoles à peindre les salles du Palais des arts pour la présentation de l’exposition de Riopelle. Il a aussi acheté la sculpture de la grue de Jim Couture qui orne le hall d’entrée du Vieux-Palais. Il a fait don de tout son matériel de sculpteur à la Société des arts Harricana en 2014.

Raymonde Jos Letendre grue

©gracieuseté - Monique Dubé

Raymonde et Joseph-Adrien Letendre posent en compagnie de la sculpture d'une grue réalisée par Jim Couture et dont ils ont fait don au Vieux-Palais d'Amos.

Famille Jos Letendre

©gracieuseté - Monique Dubé

Raymonde et Joseph-Adrien Letendre entouré de leurs filles Micheline et Louise ainsi que de leurs gendres Pierre Barrette et Marcel Touzin.

Commentaires

21 mai 2020

Maryse Turcotte

Je fais partie des nombreuses jeunes recrues qui ont bénéficié de son accueil chaleureux, lorsque je suis venue m’installer à Amos au début de ma pratique en 1984. Je me me souviens encore de l’excellent souper qui nous fut servi par Mme Letendre! Toutes mes condoléances à ses enfants, qui ont eu un modèle hors du commun.

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média