Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Covid-19

Retour

21 mai 2020

Dominic Chamberland - dchamberland@lexismedia.ca

Coronavirus: quatre jours d’affilée sans nouveaux cas dans la région

Si vous avez des symptômes, veuillez appeler le 1 877 644-4545.

©Photo : Pixabay.

Pour une quatrième journée d’affilée, aucun nouveau cas confirmé de Coronavirus n’est rapporté en Abitibi-Témiscamingue, selon la mise à jour publiée jeudi après-midi par le ministère de la Santé.

La région en est donc à 162 cas confirmés depuis dimanche et à trois décès liés à la Covid-19 depuis maintenant un mois jour pour jour (le 21 avril). Le Centre intégré de santé et de services sociaux de l’Abitibi-Témiscamingue (CISSSAT) signale que parmi ces 162 cas, 149 personnes sont rétablies du virus, ce qui, en tenant compte des trois décès, signifie que 10 patients sont toujours aux prises avec cette maladie dans la région.

«Aucun des 10 cas actifs n’est hospitalisé, a précisé Dre Omobola Sobanjo, directrice régionale par intérim de la Santé publique. Nous n’avons pas de nouveaux cas déclarés cette semaine, et si la situation est stable, c’est grâce aux citoyens qui respectent les mesures. Et ce sera important de continuer à le faire lors de la reprise d’activités sportives et des rassemblements extérieurs de 10 personnes ou moins. On ne pourra pas organiser de soupers à l’intérieur, mais au moins, on peut profiter du beau temps, ce qui donnera lieu à des BBQ exceptionnels, avec le 2 mètres de distance», a-t-elle raconté.

Les proches aidants admis à l’hôpital

Caroline Roy, PDG du CISSSAT, abonde dans le même sens. «Notre situation stable n’est pas un coup de chance. C’est le respect de l’ensemble des mesures par les citoyens qui nous permet de réussir à maintenir cette stabilité, et ce, malgré la reprise économique et le retour des enfants à l’école et en service de garde, a-t-elle souligné.

«Mais le virus est toujours présent; si on veut continuer à profiter du déconfinement, il faut continuer à observer les mesures, soit tousser dans son coude, se laver les mains souvent, rester à 2 mètres des autres et porter le couvre-visage quand il peut être difficile de respecter le 2 mètres, a indiqué Mme Roy. On pourra graduellement reprendre certaines activités, mais on va le faire de façon différente.»

Caroline Roy a du même souffle annoncé qu’après les CHSLD au cours des derniers jours, les proches aidants allaient de nouveau avoir accès au milieu hospitalier à compter de vendredi. «Il y aura des restrictions et des mesures à respecter, mais c’est une belle nouvelle pour nos usagers, a-t-elle fait valoir. Une des difficultés, c’est la ligne mince entre une visite et un proche aidant qui vient donner un service», a reconnu Mme Roy.

Camps de jour: un défi de recrutement

Par ailleurs, le premier ministre François Legault a fait plaisir à bien des enfants et des parents en annonçant qu’il avait le OK de la Santé publique pour ouvrir les camps de jour un peu partout au Québec à compter du 22 juin. «Les enfants ont besoin de se voir et de bouger», a-t-il mentionné lors du point de presse du gouvernement.

Et comme les groupes seront plus petits en nombre afin de composer avec la nouvelle réalité de la pandémie (4 à 10 enfants par groupe selon leur âge), il faudra beaucoup plus de moniteurs et de monitrices qu’auparavant. «Nous avons un gros défi de recrutement. Je fais donc appel aux adolescents et aux jeunes adultes pour les inviter à agir comme moniteurs et monitrices dans les camps de jour cet été», a lancé M. Legault.

Questionnée sur le retour prochain des camps de jour, Dre Sobanjo a fait savoir que la Santé publique avait pris le temps de faire des recommandations et d’élaborer un guide pour aider les organisateurs et les moniteurs, notamment sur les mesures à mettre en place et les activités qui seront permises ou non. «On sait que ça va poser des enjeux, mais ça vient avec la réalité de la Covid-19», a-t-elle exposé.

Legault: «La crise n’est pas terminée»

Pour revenir à François Legault, il a rappelé que malgré le déconfinement et la reprise progressive d’activités économiques, sportives et sociales, on ne doit pas baisser la garde face au Coronavirus. «Le premier objectif est toujours d’aplanir la courbe (de progression du virus) pour éviter de surcharger nos hôpitaux, a-t-il mentionné.

«La crise n’est pas terminée, c’est encore difficile, tout n’est pas parfait, il y a encore des ajustements à faire. On demande donc aux Québécois d’être indulgents et de travailler en équipe tous ensemble pour trouver des solutions au lieu de critiquer des problèmes, a poursuivi le premier ministre. Si on travaille en équipe, on va gagner la partie contre ce virus. Mais s’il y a une flambée de nouveaux cas, il va falloir remettre le Québec sur pause.»

«Si on relâche (le respect des consignes), ça va être dur...», a pour sa part prévenu le docteur Horacio Arruda, directeur national de la Santé publique.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média