Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Covid-19

Retour

27 mai 2020

Patrick Rodrigue - prodrigue@lexismedia.ca

Un mois d’avril à oublier pour les ventes de maisons

Les craintes exprimées en mars par la Chambre immobilière se sont réalisées

Vente_maisons

©Patrick Rodrigue

Le nombre de nouvelles maisons à vendre en Abitibi-Témiscamingue en avril a fondu comme neige au soleil.

Le mois d’avril 2020 passera à l’histoire pour la Chambre immobilière de l’Abitibi-Témiscamingue (CIAT), mais certainement pas pour des raisons positives.

Le mois de mars avait donné de bons résultats, alors que le nombre de ventes de résidences unifamiliales avaient grimpé de 18 % par rapport à pareille date en 2019, passant de 96 à 113 transactions. Le prix de revente médian des maisons avait, quant à lui, augmenté de 10 %, se fixant à 216 000 $, alors qu’il était de 196 000 $ un an plus tôt.

Le directeur de la CIAT, Robert B. Brière, avait cependant nuancé ces bons résultats en rappelant que les ventes de mars découlaient d’un travail amorcé par les courtiers à partir de décembre. Mais avec l’instauration de l’état d’urgence sanitaire en raison de la pandémie de COVID-19, M. Brière avait prévenu que sans un retour rapide à la normale, les impacts négatifs allaient être assez importants.

Chutes vertigineuses

Le bilan des transactions d’avril révèle que cela a été le cas, alors que la baisse du nombre d’inscriptions amorcée à la mi-mars s’est poursuivie. Selon les données compilées par la CIAT, le nombre de ventes de résidences unifamiliales en Abitibi-Témiscamingue a dégringolé de 63 %, passant de 114 transactions en avril 2019 à 42 un an plus tard. Le prix médian a également diminué de 11 %, se fixant à 187 000 $.

«Le nombre de nouvelles inscriptions a atteint un seuil qu’on n’avait pas vu depuis longtemps puisqu’il n’y en a eu que 51 en avril 2020, alors qu’il y en avait eu 171 en avril 2019», a indiqué le directeur de la CIAT.

La reprise économique pourrait aider

Ce dernier refuse cependant de se décourager. «Même si le nombre de nouvelles inscriptions a basculé de 70 % en avril, nous aurions pu nous attendre à connaître un mois relativement semblable en mai. Cependant, la reprise économique amorcée au début du mois pourrait avoir un effet de balancier. Nous nous attendons ainsi à voir le marché immobilier reprendre de la vigueur», a-t-il mentionné.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média