Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Justice

Retour

02 juin 2020

Dominic Chamberland - dchamberland@lexismedia.ca

18 mois de prison pour une folle poursuite avec un véhicule volé

Ab-Educaloi

©Photo Burst/Matthew Henry

Tenter de fuir la police à haute vitesse en pleine ville au volant d’un véhicule volé, sous l’effet de l’alcool par surcroît, n’est jamais une bonne idée.

Un jeune homme de 20 ans de Lac-Simon, Jonas Jarius Wapachee Wabanonik, en sait quelque chose, lui qui a écopé de 18 mois de prison, au palais de justice de Val-d’Or, après avoir plaidé coupable à une dizaine de chefs d’accusation, notamment de vol de véhicule, de conduite dangereuse, de conduite avec les capacités affaiblies, de fuite de police, de méfait de plus de 5000 $, de voies de fait armées et de possession de méthamphétamine.

Cette sentence, entérinée par le juge Jacques Ladouceur, de la Cour du Québec, découle d’une suggestion commune soumise au tribunal par le procureur de la Couronne, Me Jonathan Tondreau, et par l’avocate de la défense, Me Érika Marier, à la suite de négociations entre les deux parties. La peine est entre autres assortie d’une probation surveillée de 30 mois (incluant une thérapie fermée pour combattre des problèmes de toxicomanie), d’une interdiction nationale de conduire de trois ans (dont un interdit de conduire absolu de six mois), d’une interdiction à vie de possession d’armes et de l’obligation de fournir un échantillon d’ADN.

Compte tenu de la détention préventive durant les procédures judiciaires (l’accusé est détenu depuis son arrestation en novembre 2019), il lui restait un peu plus de 280 jours d’emprisonnement à purger au moment du prononcé de la sentence, laquelle comprend deux mois de prison concernant des voies de fait armées contre les policiers (pour avoir foncé dans une voiture de police avec le véhicule qu’il conduisait).

Digne d’un film d’action!

Cette histoire s’est déroulée dans la nuit du 7 novembre 2019 à Val-d’Or. Vers 3h50 du matin, au coin de la 3e Avenue et de la 7e Rue, des policiers localisent un véhicule Ford S3-750 rapporté volé la veille. Le conducteur refusant de s’arrêter, s’amorce donc une poursuite policière digne d’un film d’action dans les rues de la ville, alors que la chaussée est très glissante, à des vitesses allant jusqu’à entre 100 et 120 km/h! Cette poursuite va durer une douzaine de minutes.

«Dix policiers sont mobilisés. L’homme ne fait pas ses ‘’stops’’ et ses lumières, il percute un autre véhicule, une clôture, des panneaux de signalisation et un poteau d’Hydro-Québec, a relaté le procureur Tondreau. Le véhicule se dirige plus tard dans un quartier résidentiel et s’enlise (dans la neige) au coin des rues Des Sapins et Des Plaines, avant de reculer et de foncer dans un véhicule de patrouille.»

Malgré une crevaison, l’accusé repart, mais à basse vitesse cette fois, pour finalement s’enliser quelque part sur le boulevard Des Pins, où deux voitures de police vont l’emboutir volontairement pour mettre fin à la poursuite. Mais ce n’est pas encore tout à fait terminé, puisque l’homme refuse de sortir du véhicule et de collaborer avec les policiers. «Un policier va donc briser la fenêtre du véhicule, utiliser du poivre de Cayenne et couper la ceinture de sécurité avant de le sortir de force, mais comme l’homme résiste encore, les policiers auront recours au Taser Gun pour le maîtriser», a indiqué Me Tondreau.

En plus de constater que le conducteur était sous l’effet de l’alcool, les patrouilleurs ont trouvé un comprimé de méthamphétamine et 1,56 gramme de cannabis, tandis que le véhicule d’environ 50 000 $ a été lourdement endommagé. Fait à noter, l’accusé était sous le coup d’une probation pour des infractions précédentes en matières de vol de véhicule, de conduite avec les capacités affaiblies et de conduite durant une interdiction.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média