Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Économique

Retour

23 juin 2020

Thierry de Noncourt - tdenoncourt@lexismedia.ca

Front commun contre le centre-ville piétonnier

Le projet ne serait pas adapté à la réalité de la ville, soutiennent des commerçants

vente trottoir 2016 diversité

©Photo Le Citoyen – Archives/Thierry de Noncourt

Le projet de centre-ville piétonnier ne fait pas l’unanimité.

Des commerçants s’opposent au projet de piétonnisation du centre-ville de Rouyn-Noranda, craignant des pertes de revenus importantes. 

Une pétition a recueilli 75 signatures de commerçants du secteur. Le projet de la Ville rencontre une forte opposition de la part des premiers concernés. Ceux-ci recommandent plutôt que le projet-pilote ne dure que 4 semaines (au lieu des 11 proposées) et que les rues soient réservées aux piétons seulement du vendredi au dimanche plutôt que toute la semaine. 

De son côté, la mairesse Diane Dallaire s’est dite confiante que ce projet, proposé par la Société de développement commercial du centre-ville (SDC), sera un succès. «C’est un changement important, ça crée de l’inquiétude, mais c’est le bon moment pour le faire. Ça se fait ailleurs dans le monde. On est confiant que les citoyens seront au rendez-vous pour soutenir leurs commerçants locaux», a-t-elle déclaré, le 23 juin, date du début de la piétonnisation du centre-ville. 

Perte de revenus, désavantage et plaintes 

Selon la direction de Best Western Plus Hôtel Albert, la fermeture de l’avenue Principale et de la rue Perreault entraînera des conséquences néfastes. L’accès à l’établissement sera entravé, ce qui fera fuir la clientèle, craint-on. De plus, des plaintes et des commentaires négatifs sur les plateformes numériques entraîneront des pertes de revenus et même d’autres désavantages financiers, évoque-t-on. 

«Lors de la vente-trottoir (alors que la rue est barrée), nous recevons un nombre élevé de plaintes de la part de nos clients à cause de la difficulté d’accéder à l’hôtel. Ces plaintes faites par les clients résultent en des amendes pouvant atteindre 2000 $ US imposées par Best Western International», a expliqué la direction de l’établissement, par voie de communiqué. 

Les exemples de ce genre sont divers, comme la perte de clients ambulants, dits «walk-in», qui iront probablement se loger ailleurs en raison des difficultés d’accès. Ce type de client peut représenter jusqu’à 50 % de la clientèle en cette période de l’année. Ceci, sans parler des réservations faites sur des sites spécialisés et dont les gens ne pourront être avertis des inconvénients. 

Des commerçants suggèrent que le projet prenne d’abord la forme d’un projet-pilote du 10 juillet au 16 août, le vendredi dès 10h jusqu’au dimanche 17h afin de limiter les pertes de revenus. La Ville s’est engagée à réévaluer le projet après quatre semaines. 

Accès aux appartements et aux bureaux 

L’accès pour les résidents du secteur sera aussi limité tout comme celui des bureaux, qui occupent souvent le deuxième étage des édifices du centre-ville. Les clients des bureaux de comptables ou autres auront de la difficulté à porter des documents ou à livrer certains biens, s’ils sont contraints à marcher, surtout s’il s’agit de personnes âgées ou à mobilité réduite. 

Certains se plaignent du manque de stationnement, situation qui ne sera pas améliorée par le projet. En effet, bien qu’il y ait près de 1000 espaces de stationnement dans les environs immédiats, ceux-ci sont bien souvent tous occupés en temps normal. Le retrait de cases dans les rues fermées entraînera simplement le déplacement des véhicules un peu plus loin. D’autres craignent commerçants redoutent des inconvénients pour les livraisons dans des ruelles déjà encombrées. 

Aspects positifs 

Par ailleurs, plusieurs personnes se réjouissent de cette initiative, qui pourrait permettre une réappropriation du secteur par les piétons par opposition à la sacro-sainte automobile. Pour favoriser le succès du projet, l’accès à l’autobus de ville sera ainsi gratuit de juillet à août. 

«Il va y avoir tellement de belles choses! On veut favoriser le commerce local. Il y aura des artistes, du maquillage, des oriflammes, de la décoration, du mobilier urbain, de l’animation. On veut que les gens s’approprient le centre-ville», a réaffirmé la mairesse. 

Commentaires

24 juin 2020

Nicolas Leroux

Rouyn Noranda est réputé pour son manque de stationnement et il faut pas oublier en plus qu'ont est en Abitibi (Nord du Quebec)... En y réfléchissant bien, une fin de semaine pour la vente trottoirs est bien assez... Si c'est juste pour avoir de plus grosse terrasse pour aider les restaurateur a cause du Covid, faite un (one way) toute en gardant les stationnements. Je crois que le risque est trop grand pour plusieurs commerce apprêt les trois dernier mois qu'ils ont passer.

25 juin 2020

Katia

Le problème avec la mairesse elle veut faire un action rapide elle a une idée et elle ne veut pas écouter oui comme elle le dit tu ne peux pas plaire a tous le monde sauf que quand il a une majorité contre il faut un moment donné ce rendre a l évidences. Une grande ville comme Montréal Sherbrooke... Eux il a une population pour dire ok ont fait une rue piétonnière ca va attirer du monde moin pogné sur trottoir et pouvoir faire terrasse. Mais a rouyn avec c est 100 piéton et ou la majorité des personnes vont utiliser la rue son les personnes sorte des bars. Elle aurait du y aller graduellement la fin de semaine le monde veulent sortir pas pressés monde prennent leur velo en famille il ont le temps durent la semaine monde pressés et il pourront pus passer devant et dire ouin ca serait bon je vais arrêter a la place les voitures dirigé rue arrière alirs il perdw leur visibilité et le monde vont aller grande chêne comme mc Donald's saint Hubert.

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média