Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Économique

Retour

18 juillet 2020

Patrick Rodrigue - prodrigue@lexismedia.ca

Relance plus rapide que prévu à Canadian Malartic

La mine a réalisé un nouveau record d’usinage de minerai

Canadian_Malartic_fosse_2020

©Patrick Rodrigue

Le redémarrage des opérations à Canadian Malartic, après une pause de quelques semaines imposée par le gouvernement, s’est effectué plus rapidement que prévu.

La relance plus rapide que ce qui avait été prévu à Canadian Malartic a permis à la mine de compenser partiellement les pertes occasionnées par l’interruption temporaire de ses opérations, en raison de la pandémie de COVID-19.

Le rapport trimestriel de Yamana Gold, propriétaire de 50 % des actifs de la mine de Malartic, fait état d’une production, au 30 juin, de 113 570 onces d’or (la moitié allant à Yamana Gold, l’autre à Agnico Eagle), dont 5300 onces d’or provenant de l’extension Barnat, en phase de production précommerciale.

Des coûts inhabituels

Par voie de communiqué, Yamana Gold a indiqué que la mise en veilleuse, pendant quelques semaines, des opérations à Canadian Malartic s’était traduite par des coûts totalisant 4 M $ US. Une somme de 3 M $ US est attribuable aux frais directement liés à la suspension des opérations, tandis que 1 M $ US est imputable à la hausse des coûts occasionnée par l’achat d’équipements de protection individuelle supplémentaires, les frais de transport plus élevés et le temps supplémentaire occasionné par un nombre plus restreint de travailleurs à la mine afin de respecter la distanciation sociale.

Une fois la reprise des opérations autorisée par Québec, à la mi-avril, le redémarrage de Canadian Malartic s’est effectué plus rapidement que ce qui avait été planifié. Le traitement du minerai à l’usine en mai et en juin a même excédé les 60 000 tonnes par jour, établissant du même coup un nouveau record.

Cette performance a permis de compenser partiellement les pertes encourues en avril en raison des taux de production inférieurs. De plus, Yamana Gold considère que les coûts inhabituels encourus par la COVID-19 devraient devenir la norme, mais à des niveaux moins élevés qu’au début de la crise sanitaire. La société prévoit aussi que ces dépenses pourraient être compensées par des gains en efficacité.

Développement souterrain et exploration

Yamana Gold a par ailleurs fait savoir que les études relatives aux ressources minérales souterraines de Canadian Malartic se poursuivaient, avec 10 foreuses en action sur le site pour mieux les définir et les accroître. L’aménagement des infrastructures de surface et le développement d’une rampe d’exploration dans les zones Odyssey et East Malartic, avec comme objectif l’exploitation de leurs zones supérieures et favoriser un meilleur accès aux zones d’exploration, devraient pour leur part débuter, tel que prévu, avant la fin de 2020.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média