Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

22 juillet 2020

Thierry de Noncourt - tdenoncourt@lexismedia.ca

Privée de piscine, Ville-Marie se tourne vers le lac

La Clinique multidisciplinaire Movens offre des cours de natation en milieu naturel

Cours natation clinique multidisciplinaire MOVENS Ville-Marie Témiscamingue

©Photo gracieuseté

Afin de répondre au besoin en dépit d’un manque de piscine municipale, la Clinique multidisciplinaire Movens de Ville-Marie a décidé d’offrir des cours de natation en milieu naturel, dans le lac Témiscamingue.

Privées de piscine depuis juin 2019, les familles de Ville-Marie bénéficient depuis peu d’une solution originale pour répondre aux besoins de cours de natation.

La sécurité aquatique est un enjeu très important dans au Témiscamingue, région de lacs et de rivières. Pour répondre à ce besoin essentiel, la Clinique multidisciplinaire Movens de Ville-Marie, en collaboration avec l’administration municipale, a pris le pari de se tourner vers le lac Témiscamingue et la plage du Parc du Centenaire. 

«La natation est un apprentissage incontournable qui fait partie intégrante de l’éducation et du développement des enfants. C’est aussi et surtout pour la sécurité des familles d’ici que nous voyions l’importance de donner ces cours. Movens s’est donné comme mission de faire bouger les gens pour favoriser leur santé physique et mentale, dans un environnement sain et sécuritaire. Pour nous, offrir des cours de natation cadrait directement là-dedans: nous souhaitons que les gens aient du plaisir à profiter de nos superbes lacs durant l’été pour bouger en plein air, et qu’ils soient bien outillés pour le faire», a expliqué Robin-Pierre Bergeron, directeur général de la Clinique multidisciplinaire Movens. 

Milieu naturel 

Ainsi, depuis le 20 juillet, les enfants de 3 à 12 ans ont accès à des cours de natation directement dans le lac. Les conditions en milieu naturel ne sont pas les mêmes qu’en piscine, mais selon M. Bergeron, la première du 20 juillet s’est bien déroulée, malgré la température fraîche. «En piscine, il y a un manque à gagner par rapport à la nage en lac. Ici, les gens vont apprendre à nager avec les contraintes naturelles, les algues, la température de l’eau, le vent, les vagues», a-t-il exposé. 

Celui-ci a par ailleurs précisé que les mesures sanitaires liées à la COVID-19 étaient respectées à la lettre. 

Commentaires

26 juillet 2020

Joane Robitaille

Je ne sais qui est à l'origine de cette initiative, mais c'est simplement génial ! Une idée qui sauvera des vies, tout en étant une activité de complicité parents /enfants ! Effectivement, l'une de nos grandes richesses est le nombre de lacs en région, mais on oublie pas que ça peut aussi être un danger potentiel autant qu'une source de loisir ! Bravo à vous !

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média