Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Économique

Retour

23 juillet 2020

Patrick Rodrigue - prodrigue@lexismedia.ca

Agnico Eagle parmi la crème minière du pays

Elle se hisse au 2e rang des sociétés minières canadiennes ayant la plus importante valeur en bourse

Mine_Goldex

©Agnico Eagle

Agnico Eagle, la seule société minière inscrite au palmarès active dans la région dont le siège social est localisé au Canada, a fait très bonne figure au cours de l’exercice financier 2019. Sur la photo, la mine Goldex à Val-d’Or.

Trois sociétés minières actives en Abitibi-Témiscamingue et dans le Nord-du-Québec figurent dans le palmarès 2020 des 40 plus grandes sociétés minières du monde. Agnico Eagle s’est particulièrement démarquée, et ce, à deux égards.

Réalisé par PwC Canada, ce classement est basé sur la capitalisation boursière de chaque société à la fin du plus récent exercice financier. En fonction de la croissance ou du recul, il donne aussi un bon indice sur la confiance accordée à chaque société par les investisseurs.

Pour l’année financière 2019, trois sociétés minières actives en Abitibi-Témiscamingue et dans le Nord-du-Québec se sont taillé une place dans le palmarès. Glencore PLC, qui opère la Fonderie Horne (Rouyn-Noranda), la mine Bracemac-McLeod (Matagami) et la mine Raglan (Nunavik), s’est classée au 6e rang. Il s’agit d’un recul de deux positions par rapport au précédent classement. Newmont Corporation, propriétaire de la mine Éléonore en Jamésie, est quant à elle passée de la 9e à la 7e position. Enfin, Agnico Eagle a réalisé un progrès de sept échelons, quittant sa 24e place pour grimper à la 17e.

Juste de l’autre côté de la frontière, Kirkland Lake Gold, qui possède la mine Macassa à Kirkland Lake, les mines Holt, Holloway et Taylor à Matheson ainsi que la mine Detour Lake près de Cochrane, a, elle aussi, enregistré une croissance, passant de la 33e à la 27e position.

Agnico Eagle en très bonne posture

PwC Canada attribue principalement la progression d’Agnico Eagle à la mise en service des mines Meliadine et Amaruq, au Nunavut, ce qui lui a permis d’accroître ses ventes d’or et, par conséquent, de la rendre plus attrayante aux yeux des investisseurs.

La société torontoise, qui en Abitibi-Témiscamingue opère les mines LaRonde et Goldex, en plus d’être propriétaire à 50 % de la mine Canadian Malartic, se hisse également au 2e rang des six sociétés minières canadiennes inscrites au palmarès de PwC Canada pour l’exercice financier 2019, tout juste derrière le géant Barrick Gold, qui occupe la 9e place.

Méga transactions

L’année 2019 a aussi vu le paysage minier planétaire être caractérisé par cinq méga transactions, dont deux ont touché de près ou de loin l’Abitibi-Témiscamingue et le Nord-du-Québec. La plus importante a été l’acquisition de Goldcorp par Newmont Corporation, une transaction évaluée à rien de moins que 13,1 milliards $ US. L’autre transaction a été l’acquisition de Detour Gold par Kirkland Lake Gold, de l’ordre de 3,8 milliards $ US.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média