Carrières dans votre région Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com Guide resto

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Économique

Retour

30 juillet 2020

Patrick Rodrigue - prodrigue@lexismedia.ca

Hautes teneurs en or près de la surface à Belcourt

Il n’aura fallu que 1000 mètres à Pershimex pour confirmer ce qu’elle soupçonnait

Pershimex_forages_hiver

©Ressources Pershimex

La campagne de forage réalisée par Pershimex durant l’hiver était la première réalisée depuis 1942 dans les environs immédiats de l’ancienne mine Pershing-Manitou. Seulement 1100 mètres avaient été forés à partir de la surface à cette époque.

Il n’aura fallu que 1000 mètres de forage à Ressources Pershimex pour confirmer l’existence d’une zone minéralisée à haute teneur en or près de la surface dans les environs immédiats de l’ancienne mine Pershing-Manitou, au sud de la petite municipalité de Belcourt, entre Barraute et Senneterre.

Seize trous avaient été forés pendant la campagne réalisée durant l’hiver. Du nombre, seuls trois n’ont pas rapporté de valeurs aurifères significatives, tandis que douze ont affiché de l’or visible grossier. Les meilleurs sondages ont recoupé des teneurs de 33,3 grammes d’or par tonne de minerai (g/T Au) sur 6,6 mètres et de 10,4 g/T Au sur 3,3 mètres, et ce, à moins de 20 mètres de la surface.

Plus en profondeur, à environ 50 mètres sous terre, un sondage a intercepté une nouvelle zone aurifère titrant 2,07 g/T Au sur 8,7 mètres, tandis qu’un autre a rapporté une teneur moins importante, de l’ordre de 1,02 g/T Au, mais qui s’étend sur 26 mètres.

«Les résultats obtenus confirment la présence de minéralisation aurifère à haute teneur dans le pilier de surface de l’ancienne mine; et il aura fallu seulement 1000 mètres de forage pour y arriver, a indiqué le PDG de Pershimex, Robert Gagnon, par voie de communiqué.

Selon la société junior rouynorandienne, les autres valeurs obtenues auraient permis de confirmer la présence de minéralisation au-delà de l’enveloppe minéralisée précédemment exploitée par la mine. «Il apparaît clairement que les zones à haute teneur en or, qui varient de trois à six mètres d’épaisseur, sont incluses dans une importante enveloppe aurifère de plusieurs mètres d’épaisseur. Cela confirme que la minéralisation n’est pas restreinte à une seule et même zone», a signalé M. Gagnon.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média