Carrières dans votre région Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com Guide resto

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Éducation

Retour

05 août 2020

Patrick Rodrigue - prodrigue@lexismedia.ca

Vol de données: plusieurs enseignants de la région touchés

Les impacts de la fraude commise en avril 2018 au ministère de l’Éducation se poursuivent

Fraude_informatique

©Archives

À ce jour, plus de 51 400 enseignants et anciens enseignants seraient visés par le vol de données commis en avril 2018. Ceux de la région n’y échappent pas.

Plusieurs enseignants et anciens enseignants de l’Abitibi-Témiscamingue reçoivent une mauvaise surprise par la poste depuis quelques jours, alors que le ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur leur a confirmé par écrit que leurs données personnelles ont été dérobées à la suite d'une fraude majeure commise en avril 2018.

Rappelons que le 19 février 2020, le Ministère avait annoncé publiquement que des données personnelles servant à déterminer la classification académique des enseignants pouvaient avoir été dérobées à la suite d’un vol commis en avril 2018. En mars 2019, la police avait ensuite arrêté deux personnes en lien avec ce dossier. L’enquête est toujours en cours.

Puis, le 30 juillet 2020, le Ministère a obtenu confirmation que le numéro d’assurance sociale, le prénom, le nom et la date de naissance d’au moins 51 400 personnes figurant dans la base de données avaient bel et bien été subtilisés. Le Ministère a cependant précisé qu’il ne pouvait garantir qu’il n’y ait pas davantage de victimes. Cette fraude concerne aussi bien le personnel actif que toute personne qui a conclu un contrat de suppléance de 20 jours au plus avant le 21 février 2020.

Stress supplémentaire

Depuis la fin juillet, des lettres signées par Sylvain Périgny, sous-ministre adjoint à la gouvernance des technologies, des infrastructures et des ressources, sont expédiées aux victimes de ce vol. Les enseignants de la région n’y échappent pas. On peut notamment y lire qu’«après avoir analysé l’ensemble des données concernées, le Ministère confirme que vos renseignements personnels peuvent avoir été visés par cet événement». Le Ministère précise que le vol ne signifie pas forcément que les données volées ont été utilisées de manière frauduleuse, mais invite néanmoins les victimes à faire preuve de vigilance.

Selon les faits rapportés à ce jour, plus de 400 enseignants à travers le Québec auraient porté plainte au Ministère ou dénoncé un vol d’identité à la police depuis avril 2018. «Avec tout ce qui entoure la pandémie de COVID-19, c’est un stress supplémentaire dont on aurait vraiment pu se passer», a commenté un enseignant de Rouyn-Noranda visé par ce vol de données, qui a souhaité conserver l’anonymat.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média