Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Économique

Retour

07 août 2020

Patrick Rodrigue - prodrigue@lexismedia.ca

Pause colossale bénéfique pour la Fonderie Horne

L’arrêt généralisé de 2020 aura été le théâtre de réalisations peu communes

Fonderie_Horne_reacteur

©Glencore Canada Fonderie Horne

Un des projets majeurs de l’arrêt général 2020 consistait à remplacer toutes les quelque 51 000 briques tapissant l’intérieur du convertisseur Noranda et du réacteur de la Fonderie Horne.

Avec 4200 tâches réalisées à travers une quarantaine de projets différents, lesquels ont impliqué plus de 1350 personnes dans un contexte de crise sanitaire, l’arrêt général de production 2020 à la Fonderie Horne a été tout un défi technique.

Habituellement, cette interruption qui permet au personnel du complexe industriel de Rouyn-Noranda de procéder à des opérations essentielles de maintenance et de remplacement de certains équipement dure environ trois semaines. Cette année, elle s’est plutôt étirée sur un mois, en raison de l’ampleur des travaux à réaliser, mais aussi du défi logistique posé par la gestion de plus de 1350 personnes sur le site dans un contexte de distanciation sociale et de sécurité sanitaire lié à la pandémie de COVID-19.

Une aire de stationnement avait ainsi été aménagée sur la Grand-Place Edmund-Horne afin de réduire les rassemblements de véhicules dans les rues avoisinant l’usine. Un service de navette avait été aussi organisé pour les travailleurs, dont environ la moitié provenaient de l’extérieur de la région. Les déplacements avaient également été minimisés afin de réduire au minimum les contacts avec la population locale.

Près de 200 000 heures de travail

Dans le bilan exposé par la Fonderie Horne, il a été question de quelque 4200 tâches réalisées à travers 40 projets complétés, pour des investissements dépassant les 25 M $. En tout, plus de 1350 personnes ont été impliquées, dont 850 entrepreneurs à travers 74 entreprises. En tout, près de 200 000 heures ont été travaillées durant les quatre semaines de l’arrêt général.

«Prévu à l’origine à la fin d’avril, cet arrêt général, qui combinait le réacteur et le convertisseur Noranda, était déjà un défi en soi à réaliser, a signalé la Fonderie Horne. Le contexte de la pandémie nous a forcés à déplacer ces travaux et à les étendre dans le temps. L’arrêt du convertisseur a débuté le 30 mai et a été suivi, le 10 juin, de l’arrêt général. Ce délai nous a permis de mettre à profit nos connaissances et notre expertise pour adapter l’ensemble de nos secteurs et de nos méthodes de travail en fonction des recommandations de la Direction régionale de la santé publique.»

51 000 briques remplacées

Lors de l’arrêt du convertisseur Noranda et du réacteur, des travailleurs spécialisés ont procédé au remplacement des briques qui permettent d’en élever la température à 1200 degrés Celsius, et ce, 24 heures sur 24, pour faire fondre le métal. En raison de cette utilisation intensive, les briques doivent en effet être remplacées aux 18 mois.

Environ 23 500 briques couvrant une superficie de 3000 pieds carrés ont ainsi été retirées et remplacées du convertisseur. Pour le réacteur, il s’agissait de près de 27 500 briques réparties sur une surface de 3500 pieds carrés. Une soixantaine de travailleurs se sont ainsi relayés jour et nuit pendant près de deux semaines pour réaliser les travaux. La vieille brique a, pour sa part, été concassée pour être recyclée dans le processus de fonte.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média