Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Économique

Retour

19 août 2020

Patrick Rodrigue - prodrigue@lexismedia.ca

La mine LaRonde servira de laboratoire environnemental

On y testera une technologie de régénération du cyanure lors de l’extraction de l’or

LaRonde_concentrateur

©Agnico Eagle

Malgré sa toxicité, le cyanure demeure une composante essentielle dans le traitement de récupération de l’or par flottation. Sur la photo, le concentrateur de la mine LaRonde.

La mine LaRonde d’Agnico Eagle servira de laboratoire pour évaluer une technologie de régénération du cyanure destinée à réduire de 80 % l’impact des eaux de procédé de traitement de l’or dans l’environnement.

Par le biais de son Programme de croissance propre, Ressources naturelles Canada a récemment annoncé l’octroi de plus de 2,1 M $ à Corem, le Consortium de recherches minérales, pour la réalisation d’un procédé d’extraction aurifère plus écologique. Le ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles du Québec contribuera également à cette recherche avec un investissement de 100 000 $.

Le procédé qu’entend développer Corem misera sur la récupération et la réutilisation du cyanure dans l’or. Ce produit très nocif pour l’environnement joue en effet un rôle clé dans la récupération de l’or en agissant comme agent de précipitation pour séparer les métaux des autres minéraux lorsque ceux-ci sont réduits en poudre et mélangés dans de l’eau. La régénération du cyanure devrait dégager près de 80 % moins d’azote dans l’eau de procédé, ce qui devrait, du même coup, réduire d’autant le volume d’eau contaminé à traiter avant son rejet dans l’environnement.

Cette nouvelle technologie sera d’abord développée dans les laboratoires de Corem à Québec pour ensuite être appliquée à l’échelle réelle à la mine LaRonde. Les composantes de ce système pilote mobile devraient être installées en 2021, où elles seront testées à l’échelle industrielle pendant un certain temps. Si les résultats sont concluants, la démonstration technologique réalisée à la mine de Cadillac/Preissac devrait déboucher sur un système applicable à n’importe quelle mine d’or dans le monde.

Neuf partenaires seront impliqués dans le projet, soit quatre sociétés minières, deux producteurs de cyanure, un équipementier et la TELUQ de l’Université du Québec, qui contribuera aux analyses environnementales.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média