Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Économique

Retour

24 août 2020

Patrick Rodrigue - prodrigue@lexismedia.ca

600 M $ pour relancer Nemaska Lithium

Québec deviendra propriétaire de 50 % des actifs du projet minier

Nemaska_mine_Whabouchi_usine

©Nemaska Lithium

Mis sur la glace depuis la fin d’octobre 2019, le développement de la mine de lithium Whabouchi devrait reprendre, cette fois sous la gouverne d’une entité dont Investissement Québec détiendra 50 % des parts.

Après plus de 18 mois de déboires, les actifs de Nemaska Lithium, dont le projet de mine de lithium Whabouchi, en Jamésie, changeront de propriétaire. L’État québécois fera ainsi l’acquisition de 50 % des parts de la société, tandis que l’autre moitié sera détenue par la société financière britannique Groupe Pallinghurst.

Nemaska Lithium en a fait l’annonce le 24 août. Investissement Québec, qui jusqu’à présent a perdu 71 M $ dans l’aventure, et Groupe Pallinghurst ont indiqué qu’ils avaient l’intention d’investir encore 600 M $ afin de mener le projet à terme, soit l’exploitation de la mine et la mise en service d’une usine de transformation à Shawinigan. La société Orion Finance sera aussi partenaire de la nouvelle entité, en demeurant le principal créancier garanti, à hauteur de 135 M $.

L’entente prévoit également que la nouvelle société ne sera plus cotée en bourse, un élément de son montage financier qui irritait Groupe Pallinghurst, qui en 2019 avait proposé un financement de 650 M $ en échange d’une prise de contrôle. Cela signifie que les petits actionnaires de Nemaska Lithium, dont quelque 1700 Québécois, vont complètement perdre leur mise. Ils ne détiendront non plus aucune participation dans la nouvelle entité.

Histoire d’un échec

Cette annonce vient écrire un nouveau chapitre dans une saga qui cumule les mauvaises nouvelles depuis un bon moment déjà. En février 2019, Nemaska Lithium avait ainsi fait savoir qu’elle aurait besoin de 375 M $ supplémentaires pour boucler le financement de son projet, qui avait initialement été estimé à 875 M $ en se basant sur des estimations plutôt que des scénarios concrets. Certains actionnaires avaient alors évoqué la possibilité d’un recours collectif contre les dirigeants pour mauvaise gestion, mais celle-ci n’a finalement pas eu de suite.

À l’époque, Nemaska Lithium avait garanti qu’elle maintenait le cap pour terminer la construction de sa mine pour octobre 2019 et expédier sa première livraison de concentré de spodumène en décembre de la même année. Puis, à la fin mars, la société avait décidé de ralentir la cadence de développement, indiquant que la production commencerait plutôt «en temps opportun».

À la fin octobre, comme elle attendait toujours la conclusion d’une entente avec Groupe Pallinghurst, qui avait manifesté son intention d’investir jusqu’à 600 M $ dans l’entreprise, Nemaska Lithium avait été contrainte de procéder à d’importantes mises à pied, gelant du même coup le développement de la mine Whabouchi et de l’usine de Shawinigan. Enfin, à quelques jours de Noël, la société montréalaise avait annoncé qu’elle allait se placer sous la protection de la Loi sur les arrangements avec les créanciers des compagnies.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média