Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Cyclisme

Retour

26 août 2020

Martin Guindon - mguindon@lexismedia.ca

Un été pas comme les autres pour nos cyclistes

La pandémie aura chamboulé bien des plans

Olivia Baril

©gracieuseté – Edward Laroche

Olivia Baril

Il fallait s’y attendre, la pandémie de COVID-19 avec toutes les mesures d’hygiène qu’elle a nécessitées, dont le confinement, auront chamboulé l’été de plusieurs athlètes, particulièrement des cyclistes sur route.

C’est le cas d’abord pour l’Amossois Charles-Étienne Chrétien (Aevolo), qui n’a pu participer qu’à une seule course cette saison, soit le Sun Tour en Australie au mois de février, où il avait terminé 12e au classement général. L’athlète de 21 ans visait des participations à des grandes courses américaines, aux Grands Prix cyclistes de Québec et Montréal et bien sûr, aux Mondiaux U23.

«Il reste les Championnats québécois à Baie-Comeau (5 au 7 septembre), mais c’est en même temps que mes cours pour mon certificat de gestion d’entreprise à Montréal, alors je ne sais pas encore si je pourrai y être. Quant aux Mondiaux, s’ils ont lieu, je crois qu’ils vont prioriser les coureurs déjà en Europe. C’est une saison de perdue, mais c’est pas mal pareil pour tous les autres cyclistes. Au moins, j’ai eu la chance de courir en Australie. Cette pause m’a donné l’opportunité de faire d’autres choses durant l’été, ce qui est plutôt rare pour un cycliste», souligne-t-il.

Idem pour la Rouynorandienne Olivia Baril (Macogep-Tornatech-Specialized), qui n’aura pu participer qu’à une course de quatre jours à Dubaï en mars (avec une 6e place), tout juste avant que le monde du cyclisme ne s’immobilise en raison de la pandémie. «J’ai continué à m’entraîner pendant deux mois, avec des intervalles et des courses sur Zwift (une plateforme virtuelle). Ensuite, j’ai profité plus de l’été, ce que je n’ai pas la chance de faire d’habitude. J’ai aussi pu coacher au Club cycliste d’Amos, en plus de travailler dans mon domaine d’études (ostéopathie). Je ne me voyais pas faire des allers-retours à Contrecœur pour faire des contre-la-montre de 20 minutes», explique celle qui se rendra à Baie-Comeau pour les Championnats québécois Élite.

Charles-Etienne Chretien

©gracieuseté - Aevolo Cycling

Charles-Étienne Chrétien

Simon Dubuc

©gracieuseté

Simon Dubuc

Podium pour Dubuc

De son côté, le Valdorien Simon Dubuc, qui s’aligne maintenant avec Probaclac/Devinci, a récolté une 3e place à seulement 13 secondes du gagnant au Chrono Accès Location disputé le 9 août à Contrecœur. Outre les contre-la-montre hebdomadaires disputés à Amos et Rouyn-Noranda, ce fut sa seule course de l’été.

«Ça n’a pas adonné pour les autres qui ont eu lieu à Contrecoeur. Ça s’est bien passé, c’était un parcours court de 12 km, alors c’est moins facile à gérer. Ç’a bien été, mais ç’aurait pu aller mieux. J’ai aussi fait des courses Zwift, mais ça ne se gère pas du tout comme sur la route. Ce n’est pas le même feeling. Mais ça permet de garder le moral et le focus… et de parler avec les autres gars de l’équipe», confie l’athlète de 20 ans qui sera des Championnats québécois et qui poursuivra ensuite sa saison sur piste, avec une participation aux Canadiens.

Podium pour Lamothe

L’équipe cycliste junior régionale Subway, qui aligne cette année huit coureurs, n’a pris part à aucune course en équipe jusqu’à maintenant. Mais certains ont participé à des contre-la-montre et ils seront tous aux Championnats québécois à Baie-Comeau, à l’exception de l’Amossoise Maude Ébacher, qui court chez les seniors.

On y retrouve les Amossois Camille Lamothe, Christophe Hamel, Zachary Niebrzydowski et Louis-Charles Proulx, les Rouynorandiens Xavier Barbès et William Baril ainsi que le Trifluvien Étienne Dugré-Arcand. À ce jour, seule Camille Lamothe est montée sur le podium, avec une 3e place au Chrono C2V Architecture le 26 juillet à Contrecoeur, à une seconde de la 2e place.

Équipe cycliste juinior Subway Abitibi Rouyn-Noranda

©Thierry de Noncourt - Le Citoyen Rouyn - La Sarre

L'équipe Subway: Xavier Barbès, Christophe Hamel, Étienne Dugré-Arcand, Louis-Charles Proulx, William Baril, Mathieu Roy, Zachary Niebrzydowski et Maude Ébacher. Absente: Camille Lamothe

«Le transport en équipe n’est pas facile à gérer avec la distanciation. Et faire 15 heures de route pour un contre-la-montre de 15 ou 20 minutes, ce n’est pas vraiment intéressant. Mais les jeunes n’ont jamais arrêté. Camille et Maude ont été entraîneurs avec le Club cycliste d’Amos, William et Xaver ont fait la même chose à Rouyn-Noranda. Les Championnats canadiens ont été annulés, mais on sera aux Championnats québécois à Baie-Comeau. On verra ensuite s’il y a d’autres courses qui s’ajoutent, maintenant que les courses en peloton sont de nouveau permises depuis le 15 août», indique Mathieu Roy, directeur sportif de l’équipe Subway.

Hausse des inscriptions

Du côté du Club cycliste d’Amos, en dépit de la pandémie, on a enregistré une hausse du nombre d’inscriptions cette année, avec 49 coureurs. «Et ce qui est vraiment intéressant, c’est que la hausse s’est fait sentir dans les catégories les plus jeunes, ce qui est de bon augure pour l’avenir, si on réussit à tous les garder avec nous», se réjouit l’entraîneur-chef David Bernard.

L’équipe n’a pu disputer de courses régionales, outre les contre-la-montre locaux d’Amos et Rouyn-Noranda, ni provinciales, avec l’annulation de la Coupe Québec. Les membres du programme Sport-Études ont toutefois pu participer à un circuit provincial via la plateforme Zwift avec trois autres programmes pendant le confinement du 1er avril au 1er juin.

«Pur Vélo a prêté les équipements. Ça nous a permis de garder les jeunes motivés. On a ensuite pu reprendre l’entraînement à l’extérieur en juin. On a fait beaucoup plus de volume que du spécifique. On n’aura pas une délégation aux Championnats québécois Espoirs (27 au 29 août à Contrecoeur), mais on aura des coureurs présents. S’ils y sont, les cadets Jérôme Gauthier et Jérôme Sayeur seront à surveiller. On a aussi des filles chez les minimes qui pourraient bien faire», estime David Bernard.

L’absence de courses a aussi permis au Contre-la-montre Desjardins disputé les mercredis sur la route 395 Nord de remporter un fort succès avec un achalandage moyen de 40 coureurs, alors que depuis cinq ans, les meilleures soirées ont attiré 35 cyclistes.

 

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média